Yale : Une fraternité étudiante accusée de racisme à sa soirée d'Halloween !

Ecrit par

C'est une histoire effrayante qui se déroule le soir d'Halloween. Des jeunes filles en visite sur le campus de Yale ont été interdites de soirée... à cause de leur couleur de peau !

Les fraternités étudiantes se retrouvent encore au cœur d'un scandale raciste. Ces associations étudiantes non-mixtes ont pignon sur rue sur les campus nord-américains. Elles jouent le rôle de réseau d'influence, de syndicat étudiant... et organisent des soirées monumentales. Le soir d'Halloween à l'université de Yale, la fraternité Sigma Alpha Epsilon (SAE) organisait une énorme fête. Une étudiante en première année à l'université de Columbia, Sofia Petros-Gouin, se présente à l'entrée. "Désolé, on ne veut que des filles blanches" lui répond l'étudiant - blanc lui aussi - qui sert de videur. La jeune fille constate que seules les étudiantes blondes caucasiennes sont autorisées à passer le barrage à la porte. "J'étais choquée. J'étais dégoûtée" confie l'étudiante au Washington Post. Ce n'est pas la première fois que la SAE est accusée de racisme cette année. En mars 2015, la vidéo d'un chant raciste entonné par un autre chapitre de la SAE avait scandalisé l'université de l'Oklahoma.

Chaque fraternité possède différents chapitres (sections) sur différents campus à travers le pays. Le président du chapitre SAE de Yale s'est exprimé dans les page du journal de l'université. Selon Grant Mueller, aucun événement officiel de la SAE ne serait organisé en fonction de critères racistes. Il affirme que son chapitre se conforme strictement à la campagne anti-racisme lancée par le bureau central. Un membre afro-américain de la SAE est intervenu pour expliquer que leur chapitre était "ethniquement diversifié". Ce jeune homme affirme que des étudiants ont été refoulés à cause de l'affluence uniquement. "Une fille a commencé à crier très fort que c'était uniquement parce qu'elle était noire. Mais il n'y avait que moi et des étudiants hispaniques pour réguler la foule à ce moment là. Elle était très agressive. On ne savait pas quoi lui dire" témoigne l'étudiant. Cette version est contesté par Sofia et ses amis (d'origines diverses). L'étudiante assure avoir quitté les lieux sans faire d'esclandre. "Tout le monde était gêné. Mes amis ont dit que l'ambiance était naze, et qu'il valait mieux partir" se souvient Sofia. Depuis le début de l'affaire, de nombreux étudiants ont témoigné sur Facebook avoir été témoins d'actes racistes de la part de la SAE sur le campus de Yale. L'enquête suit son cours. Que pensez-vous de cette histoire ?

Source : HerCampus