Une filière d'immigration clandestine camouflée en école de commerce !

Ecrit par

Une filière d’immigration clandestine chinoise a été démantelée à Paris. Les trafiquants opéraient depuis une école de commerce du XVe arrondissement.

Tout se jouait derrière les murs d'une école de commerce qui avait pignon sur rue. Lundi 7 décembre, les policiers ont lancé 14 perquisitions pour démanteler une filière d'immigration chinoise clandestine. L’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi des étrangers sans titre (Ocriest) a saisi des documents, du matériel informatique, et 260 000 euros en chèques et espèces. Selon le Figaro qui a révélé l'information, le réseau d'escroc était actif depuis 2013. Il aurait permis l'entrée sur le territoire d'environ un millier de clandestins chinois sur le territoire français. Il s'agissait essentiellement de jeunes hommes entre 20 et 25 ans. Les trafiquants montaient de faux dossiers d'inscription à l'école pour les candidats au départ. Les clandestins payaient les mêmes tarifs que les vrais étudiants, entre entre 2 800 et 4 200 euros l'année. En échange, ils obtenaient certificats d'inscription et diplômes. Contrairement à cet étudiant ex-migrants, les clandestins ne mettaient jamais les pieds en cours. Leur seul but, obtenir une autorisation de séjour et des papiers en règle grâce à ces fausses études.

La police a enquêté sur ce réseau pendant un an. "Le mode opératoire, assez simple, était quasiment imparable, puisqu'il n'y avait besoin d'aucune logistique de transports, ni de cache aménagée pour les clandestins, et d'aucune prise de risque lors des passages à la frontière" explique le commissaire divisionnaire Julien Gentile, patron de l'Ocriest. Au terme des perquisitions, 14 personnes ont été arrêtées. Parmi elles se trouve le directeur de l'école. Il était déjà connu des services de police pour escroquerie, banqueroute, fraude fiscale et extorsion de fonds. La comptable de l'école a également été convaincue de blanchiment d'argent. Certains chèques d'inscription auraient été émis par certains "vieux caïds" de la banlieue est de Paris. Les autorités ont mis à jour des mouvements financiers de 6 millions d'euros. Au moins 1 million viendrait des fausses inscriptions. L'argent aurait transité par les comptes de l'école, par deux sociétés écrans et via un restaurant ardéchois, tenu par l'ex-femme du directeur de l'école. L'homme encourt aujourd'hui 7 années de prison. La morale de l'histoire ? Si la classe prépa n'est pas obligatoire pour entrer en école de commerce, fuyez les écoles privées non-homologuées par l'Etat. Que pensez-vous de cette histoire ?

Source : Le Figaro