Un prof de fac poursuivi pour avoir mis en ligne le journal d'Anne Frank !

Ecrit par

Les ayants-droit avaient réussi à repousser la date du basculement dans le domaine public. Ce prof est passé outre, le fond Anne Frank menace de l'attaquer en justice.

Tous les étudiants ont entendu parler de l'histoire d'Anne Frank (1929-1945) pendant leurs études secondaires. Les étudiants en histoire à la fac la connaissent bien eux aussi. Cette jeune juive allemande est morte en déportation au camp de Bergen-Belsen. Avant son arrestation, elle a vécu cachée avec sa famille. Durant toute cette partie de sa vie, elle a tenu un journal. Publié en partie par son père Otto Frank à son retour des camps, cet ouvrage est devenu un symbole. Comme le prévoit la loi, il aurait dû tomber dans le domaine public 70 ans après la mort de son auteur soit en 2016. Néanmoins, le Fond Anne Frank qui gère les droits a fait valoir une exception juridique. Le journal dans son intégralité (la version complète que nous connaissons) n'a été publié que dans les années 1980, après la mort d'Otto Frank. Ce dernier étant considéré comme "co-auteur" du texte, il faudrait attendre 2051 pour que le journal tombe pour de bon dans le domaine public. Un tour de passe-passe qui n'a pas du tout plu à l'universitaire Olivier Ertzscheid, maître de conférence à la fac de Nantes.

Un prof de fac poursuivi pour avoir mis en ligne le journal d'Anne Frank !

Pour beaucoup d'intellectuels, cette démarche est une extension abusive du copyright. Elle nuirait à l'intérêt commun. Les études d'histoire sont considérées comme un tremplin qui ouvre l'esprit des étudiants. Les restrictions d'accès aux sources posent un problème autant moral que légal. De nombreux universitaires avaient protesté sur les réseaux sociaux sous le hashtag #AnneFrank. Militant de la culture libre, Olivier Ertzscheid s'était déclaré très choqué par cette stratégie purement pécunière. L'historien a décidé de publier le texte en ligne en octobre 2015. "Qui sont-ils Anne pour s'opposer ainsi à l'entrée de ton journal dans le domaine public ? De quels “droits d'auteur” veulent-ils maintenir la rente après avoir déjà vendu plus de 30 millions d'exemplaires de ton Journal ?" écrivait-il pour expliquer son geste. Le lien a depuis été retiré à la demande de l'éditeur. Olivier Ertzscheid a néanmoins reçu le 28 décembre 2015 une lettre comminatoire du Fond Anne Frank. Il devrait se plier à une série d'injonctions sous peine d'une amende de 1000 euros par jour. Selon cet expert interrogé par Libération, il s'agirait d'un coup de bluff car l'affaire n'est pas si évidente que le prétend l'organisation suisse en matière de droit. Affaire à suivre. Que pensez-vous de cette histoire ?

Source : Slate.fr