Twitter : Pas de compte, pas d’inscription en master 2 ?

Ecrit par

Un étudiant a vu son inscription lui être refusée car il n’avait pas de compte Twitter et Linkedln. Il fait appel à la justice pour remettre en cause cette décision insolite.

Selon la loi, “aucun texte n’autorise les universités à sélectionner les étudiants entre le M1 et le M2”, dans la réalité, meltyCampus sait très bien que certaines filières sont sélectives. Plus vous vieillissez, plus vous devez vous battre et réviser pour être acceptés dans le master de vos rêves. Difficile de réviser quand on a un compte Netflix ! Alors que vous étiez plus de 500 en L1, il n’y a plus que vingt places en master 2. Même si les étudiants ne choisissent pas des filières sélectives, il y aura un moment dans leur scolarité où ils vont devoir se “battre” pour montrer qu’ils sont les meilleurs. S’il suffisait d’avoir les meilleurs résultats, ce serait simple, mais les universitaires demandent en plus aux étudiants d’avoir fait des stages et de les étonner. A l’heure où les étudiants découvrent la liste des admis dans les différents masters sélectifs, certains voient leur rêve être détruit. C’est le cas d’un étudiant (qui a décidé de rester anonyme) qui souhaitait intégrer un M2 Marketing et TIC (Technologies de l’information et de la communication) à l’université d’Angers. Il explique ainsi au Monde : “Avant même d’avoir passé mes examens de deuxième semestre, mon responsable pédagogique m’a averti par mail que je n’étais pas accepté en master 2 malgré mes bonnes notes [...] J’ai dû attendre un mois avant qu’il m’explique la cause de ce refus”.

Twitter : Pas de compte, pas d’inscription en master 2 ?

Pour le responsable du master, l’étudiant “[manquait] de motivation” et ne semblait pas assez s’intéresser au web, critère indispensable pour cette filière. En cause : son absence au sein de certains réseaux sociaux comme Twitter ou encore Linkedln. On savait que les employeurs espionnaient les étudiants sur Twitter, maintenant, il y a les directeurs d'université ! Loin d’accepter ce refus, l’étudiant porte l’affaire devant la justice et obtient gain de cause. Le tribunal administratif de Nantes a décidé de suspendre la décision de l’université et de lui laisser huit jours pour présenter sa décision finale (qui sera examinée par le tribunal). Les responsables de l’université qui campent sur leur position ont affirmé à travers un communiqué de presse que leur décision “ne s’est pas réduite à “pas de compte, pas de master ?” [...], l’entrée en master 2 fait l’objet d’une procédure précise avec des conditions d’admission” pour vérifier la “motivation” des élèves. L’entrée dans ce master doit être en lien avec le parcours et les projets de l’étudiant. Loin de vouloir changer de décision, les responsables conseillent à cet étudiant de choisir une autre filière où les réseaux sociaux possèdent une place secondaire. Ce dernier qui a immédiatement refusé est prêt à aller plus loin en justice. Affaire à suivre !

Source : Le Monde