Turquie : Les universitaires jouent les flambeurs

Ecrit par

En Turquie, le processus de paix engagé entre les autorités turques et les rebelles kurdes n’est pas vu d’un bon œil, notamment dans les universités, place forte des opinions politiques. meltyCampus vous le prouve.

Depuis plusieurs mois, les universités turques ont été le théâtre de violences inaccoutumées. ‘’Au cours des derniers mois, 109 incidents ont eu lieu dans 35 provinces. 261 étudiants ont été arrêtés, et on recence 27 blessés’’ a déclaré le ministre turc de l’Intérieur, Muammer Güler, d'après nos confrères du Figaro Etudiant. La cause de cette animosité ? Une distribution de tracts par des partisans d’un mouvement islamiste turc, pris à partie par des militants du PKK. Trois jours de conflit ont finalement eu raison de la volonté du cadre scolaire, qui a décidé de fermer l’université. Cet état des choses ajouté aux récents attentats à Ankara exprime le mal-être d’un pays en pleine transition. Cette situation tendue rend encore plus explosive la région, déjà minée par des conflits étudiants en Syrie.

Le conflit dépasse le cadre étudiant, mettant en scène le Hezbollah turc au Parti des Travailleurs Kurdes. A l’origine, ce PKK est arrivé en Turquie en 1984 afin de s’approprier des territoires pour y placer la population kurde. Après l’arrestation du chef de file de cette guérilla, Abdulla Öcalan, en 1999, à peu près 44000 personnes sont décédées. Depuis cette arrestation, une très grande partie de la population turque s’est rangée du côté des ‘’révolutionnaires’’, notamment pour demander la libération de leur chef idéologique ainsi qu’une indépendance vis-à-vis du gouvernement actuel. Les observateurs s’accorderont donc à dire qu’il faut maintenant attendre la fin des discussions pour espérer entrevoir la paix, toujours selon le Figaro Etudiant.

Source : Figaro Etudiant