Troubles alimentaires? Comment aider un étudiant qui en souffre

Ecrit par

Votre coloc ou votre ami(e) souffre de troubles alimentaires, mais vous ne savez pas comment l'aider ? Nous vous donnons quelques astuces pour aborder le sujet qui fâche en toute délicatesse.

Votre amie passe son temps aux toilettes après chaque repas, prétend être trop occupées pour sauter les repas et est victime d'insomnies. Vous êtes maintenant sûre qu'elle souffre de troubles alimentaires compulsifs, -boulimie et/ou anorexie-. Vous êtes sans doute très affecté(e) d'être témoin de la souffrance de quelqu'un que vous aimez, mais ne savez pas comment "vous y prendre" pour lui en parler. Vous vous sentez alors désespéré(e). Pour commencer, gardez en tête que parfois, votre façon d'aider peut aggraver les choses. La victime de TCA est dans le déni, et sa première réaction face à votre confrontation sera le conflit. Elle ne voit même pas qu'elle fait souffrir autour d'elle sa famille, ses amis et tout son entourage. Alors pas besoin de lui expliquer le mal qu'elle se fait, les conséquences diaboliques de la maladie en la culpabilisant. Voilà la marche à adopter pour aider au mieux un(e) étudiant(e) qui souffre de troubles alimentaires :

1- "J'ai remarqué que tes habitudes alimentaires avaient changé, je commence à m'inquiéter"

Votre ami(e) commencera par être sur la défensive mais ne vous vexer. Le but ici est de lui signaler que son attitude a été remarquée mais dans le bon sens, maintenant vous êtes préoccupé.

2-"Je serai toujours là pour toi"

Cela peut paraître anodin, mais ça peut sauver votre ami(e). Souvent, la chose la plus difficile pour une victime de TCA, c'est tout simplement de se l'avouer et d'en parler. Lui laisser entendre que vous êtes là aussi pour cela ouvre une porte au dialogue.

3-"Je t'ai entendu être malade aux toilettes hier et encore aujourd'hui. Je suis concernée"

Ca ne sera jamais agréable à entendre, votre ami(e) se sentira blessé(e), vexé(e), tout ce que vous voulez. Mais le fait de savoir qu'elle/il est démasqué(e) changera la donne.

4-"C'est un sujet sensible, mais il ne me fait pas peur"

Faites lui comprendre que vous avez déjà été confronté(e) à ce problème, que vous pouvez l'entendre et donc l'aider.

5-"Je te propose de t'accompagner chez un nutritionniste/médecin/psy"

Montrer l'alternative médicale à la personne, en persévérant dans votre volonté à l'accompagner.