Triche : 3 mois de prison pour avoir triché aux examens avec une oreillette !

Ecrit par

Vous pensiez que la triche n'était qu'une affaire de lycéens, détrompez-vous car les étudiants aussi s'y mettent. Le problème est que les conséquences peuvent être lourdes. La preuve :

Quand Abdel Marouf a été arrêté pour une affaire de trafic de stupéfiants, il ne s'attendait sûrement pas à ce que les policiers s'interrogent sur son passé. Surprise générale, en plus de bien aimer les produits illicites, cet étudiant inscrit en droit trichait pendant ses examens. meltyCampus sait que les étudiants sont naturellement attirés par la facilité. Pas plus tard qu'hier, on vous disait qu'un jeune homme avait décidé de voler l'identité de sa prof pour valider son cours. Abdel, lui décide tout simplement de tricher. Attention, il avait une bonne raison : "il était pris par d'autres activités"... le trafic de stupéfiants peut-être. Comment s'y est-il pris ? Oubliez les anti-sèches sur les mouchoirs ou dans les stylos car on passe en mode CIA. Pour réussir votre coup, il vous faut une oreillette, un téléphone et trois super potes. Le site Sud Ouest revient sur le petit manège de ces étudiants. A l'aide d'une minuscule oreillette trouvée sur internet, Abdel communiquait avec un de ses complices garé sur le parking de la fac à Bordeaux. Après avoir transmis par SMS le sujet de l'épreuve, c'était au tour d'une de ses amies, étudiante en droit de trouver la réponse pour la transmettre à l'intermédiaire. Vous pensez qu'il s'agit d'une méthode bien compliquée, pourtant elle a duré plus de trois ans avec succès jusqu'en janvier 2014 où "ça n'a pas servi à grand-chose, puisque [l'étudiant] s'est planté aux examens" affirme l'avocat d'Abdel. Pour éviter de lourdes peines à ces étudiants, leurs avocats affirment qu'ils "n'avaient pas conscience de l'impact que pouvait avoir ce [geste]".

Triche : 3 mois de prison pour avoir triché aux examens avec une oreillette !

La triche a beau être traquée par toutes les facs, 80% des étudiants avouent tout de même tricher lors de leurs exams. Ne connaissent-ils pas les risques ? En plus d'être privé d'examen pendant cinq ans, l'étudiant coupable peut écoper de peines de prison pouvant aller jusqu'à trois ans et 9000 euros d'amende. Cette affaire se veut donc être un exemple pour tous les étudiants qui veulent se laisser tenter par la triche. Le procureur Olivier Etienne, chargé de l'affaire a condamné la jeune fille qui avait procuré les cours à un mois de prison avec sursis et 200 euros d'amende. Celui qui transmettait les réponses par téléphone a écopé de deux mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende tandis qu'Abdel est condamné à une peine de 3 mois de prison ferme. Chers étudiants êtes-vous sûrs de vouloir tricher lors de vos prochains examens ?

Source : Sud Ouest