Tourisme : Étudiants israéliens discriminés au Louvre ?

Ecrit par

Un groupe d'étudiants de Tel-Aviv aurait été discriminé pour visiter le Louvre et la Sainte Chapelle. meltyCampus raconte :

Manque de chance ou discrimination ? Ce sera au parquet de Paris de trancher. Ce weekend, le préfet d'Ile-de-France Jean-François Carenco a transmis un dossier troublant à la justice. Le professeur d'histoire Sefy Hendler prépare un voyage d'étude avec 12 étudiants de l'université de Tel-Aviv. Ce spécialiste de la Renaissance italienne souhaite montrer à ses élèves les merveilles culturelles de la capitale française. Le 11 mai 2015, il écrit aux services de réservation de la Sainte Chapelle et du musée du Louvre. Le 11 mai, il écrit aux deux services de réservation. Très vite, il essuie deux refus un peu cavaliers. "Désolé, nous n’avons pas de possibilité pour cette journée" répond une responsable de la Sainte Chapelle. Au musée du Louvre, même son de cloche "Nous n’avons pas de disponibilité pour le créneau demandé." Le professeur avait pourtant demandé trois créneaux différents. Mal à l'aise, Sefy Hendler décide quelques jours plus tard de mener une petite expérience. Il envoie à nouveau des demandes pour une visite de groupe. Sauf que cette fois, il réserve au nom de l'Institut de l'Art à Florence et de l'Abu Dhabi Art History College. Deux institutions fictives, mais qui reçoivent presque immédiatement une réponse positive. Ce n'est pas comme cette fac sud-africaine qui voulait expulser ses étudiants juifs, mais l'expérience est amère. "J’étais bouleversé, profondément choqué. J’étais prêt à annuler le voyage" raconte Sefy Hendler à Libération.

Après réflexion, Sefy Hendler préfère alerter François Heilbronn, professeur à Sciences Po Paris et président des Amis français de l’Université de Tel-Aviv. Ce dernier rassemble les pièces du dossier. Puis il écrit aux deux responsables des musées concernés, Jean-Luc Martinez pour le Louvre et Philippe Bélaval pour la Sainte-Chapelle. L'homme se fend aussi d'un courrier à destination de Fleur Pellerin, ministre de la Culture. L'affaire embarrasse tout le monde. Le musée du Louvre mène une enquête interne "nous avons été victimes de notre succès. Nous recevons en moyenne 400 demandes de réservation par jour et proposons des créneaux de visite quart d’heure par quart d’heure. Mais la demande est deux fois supérieure à l’offre." Le système de réservation automatique du Louvre ne permet pas de mettre en attente les demandes rejetées. "D’ailleurs, une seconde réservation de l’université israélienne a été acceptée" assure le musée. Au bout de 35 heures, contre 15 minutes lors du testing. De son côté, l'enquête interne de la Sainte-Chapelle met à jour des "dysfonctionnements" humains à répétition. Il y aura une "procédure disciplinaire" pour manque de "rigueur et de professionnalisme." En revanche, "il n’est pas établi qu’il y ait eu de discrimination" assure la direction. Pour le préfet d'Ile-de-France, cette réponse est "désinvolte par rapport à la gravité des faits." L'enquête de police devra clarifier cette histoire. D'ici là, les étudiants israéliens visiteront le Louvre et la Sainte-Chapelle à la fin du mois de juin.

Source : Libération