Tinder, Facebook... : Pour Thibault, étudiant en bio, c'est jamais sans ses applis

Ecrit par

On dit que les étudiants sont accros aux applis ; eh bien, nous allons voir. meltyCampus a suivi pendant une journée Thibault, un étudiant en bio qui ne se sépare jamais de son portable. Mais pourquoi donc ?

meltyCampus est le premier à parler de toutes les applis qui existent au monde et entre Facebook, Tinder ou Happn, on a l’embarras du choix. Les étudiants se servent-ils vraiment de toutes ces applis qui sont censées les passionner ? Nous sommes allés mener l’enquête. Lui, c’est Thibault, 20 ans et étudiant en bio. Derrière ses yeux bruns ténébreux, ses cheveux mal coiffés et sa tête d’ange (promis, je ne suis pas tombée amoureuse) se cachent un jeune homme accro à son portable. Enfin, n’exagérons pas non plus, il vit seulement avec son temps. Pour lui, impossible de sortir de son appart sans “la base”, comme il le dit : portable, écouteurs et chargeur. Ne négligeons surtout pas ce dernier accessoire, élément de survie de tout étudiant qui se respecte. Eh oui, il y a toujours un étudiant désespéré qui parcourt l’amphi à la recherche d’une âme charitable pour lui prêter un chargeur. Thibault en a un peu marre que tous les adultes pensent que les jeunes sont accros aux applis. Ok, les étudiants sont peut-être tout le temps sur leur smartphone mais c’est pour une bonne raison ! Celui qui souhaite devenir professeur en collège tient à nous prouver que la technologie est bien plus utile qu’on ne le pense et elle améliore surtout notre quotidien.

andrew garfield animated GIF

Chaque jour, Thibault répète les mêmes gestes. Comme tout étudiant, le matin est un peu compliqué et même s’il met son réveil deux heures avant le début des cours, il se lève toujours dans la précipitation. “J’ai tendance à toujours repousser mon réveil et c’est seulement après une demi-heure que je me rends compte que je suis en retard”. Dès le matin, il s’active mais c’est une bonne manière de se réveiller. Entre les chocapics et le jus d’orange, il inspecte Facebook. Non, la vie de ses amis n’est pas une raison de vie et il n’espère pas à tout prix que son crush du moment ait cassé avec son mec (quoi que). Oui, ça fait partie des choses abjectes qu'on fait tous sur Facebook. Il fait surtout le point sur les notifications de son groupe d’entraide. Son quoi ? Entre eux, les étudiants sont plutôt solidaires et chaque année, une personne s’engage à créer une page permettant aux étudiants d’un même niveau d’échanger des infos et des cours. Avec la réactivité de l’administration, ce groupe est une mine d’or ! “J’espère chaque matin qu’un prof ne sera pas là. Je préfère ça que me pointer à la fac pour rien”. Au collège, on inspectait avec attention la liste des profs absents, à la fac, on a Facebook. Pas le temps de traîner, il faut bien partir étudier et en chemin, c’est Deezer qui prend le relais avec un peu de musique. De quoi te donner la pêche dès le matin.

china animated GIF

Alors que certains étudiants préfèrent lire dans les transports en commun, Thibault fait un point sur ses mails et l’actu. Eh oui, vous pensiez que les étudiants ne s’intéressaient pas au monde et à la politique ? Comment voulez-vous qu’ils s’épanouissent à la fac sans ces connaissances ? Pour cela, la meilleure appli, c’est Twitter afin d’être au courant de tout à la minute même. Thibault a tout juste le temps de tout checker qu’il arrive à la fac. Ah les cours en amphi, qu’est-ce qu’il adore ! Non, je déconne, “ça me donne toujours envie de dormir mais au moins, les profs ne t’obligent pas à participer”. Ne pensez pas que cet étudiant est un petit rebelle, il écoute comme il faut en cours et prends de nombreuses notes. Enfin, ça, c’est la première heure et au lieu de regarder dans le vide pendant le reste du temps, il préfère jouer à 2048 ou à Candy Crush Saga. “Mon seul objectif est d’avoir les trois étoiles à chaque niveau”. Entre deux cours ou sur le chemin du retour, il s’amuse sur ces applis. Un petit tour sur Tinder, “pfff, je n’ai jamais de match, je suis sûr que j’ai mal installé l’appli”. Bizarrement, les mecs disent tous ça, mais ils tiennent tout de même à tester leur sex appeal. Après ce peu de succès, Thibault fait un tour sur Whisper, le confessionnal des étudiants. Entre histoires de coeurs et de sexe, cet étudiant n’hésite pas à se moquer et à faire des rencontres. Il faut bien qu’il réussisse quelque part !

party animated GIF

19h, c’est l’heure de l’apéro ! Alors que la semaine, Thibault essaye d’être raisonnable (ce n’est jamais agréable d’avoir la gueule de bois à la fac), le week-end il se lâche. Enfin, il va pouvoir retrouver ses potes pour faire la tournée des bars et promis, il n’oublie pas ceux qui n’ont pas pu le rejoindre avec Snapchat. Entre les photos de ses cocktails ou les photos de lui aux toilettes, Thibault n’hésite pas à partager tous les aspects de sa vie. Pourquoi pas, certains n'hésitent pas à envoyer un CV pour trouver un job. “Quand on est étudiant, il n’est jamais facile de retrouver tous ses potes, surtout ceux de lycée. Avec ces applis, on garde un lien et vit les soirées des autres comme si on était présent. Bien sûr, il ne faut surtout pas se prendre au sérieux”. Comment faire quand on est étudiant, bourré et qu’il n’y a plus de métro ? Uber a changé la vie de nombreux étudiants qui préfèrent rentrer sains et saufs chez eux, plutôt que de se promener dans tout Paris. Une réservation et le tour est joué ! Les étudiants sont-ils vraiment accros aux applis ? Oui, mais ça leur facilite la vie. Et vous, quelle est votre relation avec les applis ?

Source : Le Monde