The Vampire Diaries saison 7 : 5 raisons qui prouvent que la série, c'est comme à la fac !

Ecrit par

Vampires, sorcières, loups-garous, malédiction… Tout comme à la fac, non ? Dubitatif ? On vous prouve que l’on dit vrai !

Vous êtes vous déjà dit que la série The Vampire Diaries n’était peut-être pas si éloignée que ça de votre vie à la fac ? Probablement pas. Pourtant, c’est peut-être le cas. Certes, pas de vampires ni de loups-garous de votre côté mais les ressemblances sont là ! Après vous avoir proposé le top de nos étudiants-vampires préférés dans la série, on vous donne 5 raisons de dire que Vampire Diaries, c’est finalement comme à la fac. 1. Les problèmes de couples existent aussi chez les vampires. Les vampires n’ont peut-être pas le temps de traîner sur Tinder mais cela ne veut pas pour autant dire qu’ils n’ont pas de problèmes de couples. 2. Vous aussi vous avez parfois envie de tuer quelqu’un (même si vous ne passez pas à l’acte). On en parle de ce mec qui fait à chaque fois une thèse quand il passe à l’oral et après qui vous devez toujours passer ? Ou ces filles assises juste devant vous en amphi et qui se racontent toujours leur vie ? Alors, certes on ne passera jamais à l’acte mais au fond, on leur arracherait bien la tête nous aussi.

3. Vous avez à cœur d’avoir de belles dents. Si dans la série, avoir des dents bien aiguisées permet d’être plus efficace quand on a une petite soif, dans la vie, avoir une belle dentition permet d’avoir plus de succès chez le sexe opposé. 4. Chaque soirée part en cacahuètes. Que ça soit dans la série ou de votre côté, les soirées ne se déroulent jamais comme c'était prévu. Les vôtres tournent en effet souvent au grand n’importe quoi et vous ne rentrez qu’au petit matin chez vous. 5. Les filles sont toujours attirées par les bad boys. D’un côté il y a Stefan et Matt, beaux, gentils et toujours là quand on a besoin d’eux. De l’autre, il y a Damon et Klaus, les mauvais garçons qui tuent tout ce qui bouge. On vous laisse deviner pour qui ont craqué Elena et Caroline … Alors, convaincu ?