Témoignages : "Je ne m'excuserai pas d'être privilégiée à la fac."

Ecrit par

L'argent que vous possédez (ou pas) joue énormément dans le regard des autres sur vous à la fac. Cette étudiante a décidé d'assumer sa richesse !

Le statut social par l'argent est sans doute une chose discutable. Notre étudiante américaine du jour le sait mieux que personne. Pour ne pas trop donner dans la provocation, elle a souhaité rester anonyme. Nous l'appellerons Cindy, histoire de garder intact le cliché. Notre demoiselle appartient à une sororité sur un campus prestigieux. Ce seul intitulé est déjà en soi un archétype. "Je serai la première à l'admettre. Je suis une fille gâtée. Mes parents ont travaillé dur pour m'offrir ce que je possède. Ils ont payé mon université, ma voiture, mes sacs griffés et mes bijoux hors de prix. Mes parents aiment m'offrir de jolies choses" explique-t-elle. Chez meltyCampus, nous savons que tous les étudiants ne mènent pas une vie de luxe. La jeune femme n'est pas un parasite social pour autant. "J'ai un emploi depuis que j'ai 13 ans, et j'ai parfois travaillé dur pour gagner un salaire qui a servi à payer mes factures. Ce n'était pas parce que j'en avais besoin, mais parce que je voulais apprendre à devenir responsable avant d'obtenir mon diplôme" raconte Cindy sur Total Sorority Move. Même les Gossip girls doivent grandir dans leur tête.

Cindy n'est pas de ces jeunes filles fortunées, qui n'ont rien d'autre à faire que de flamber l'argent de Papa et Maman. Cindy est en fait une américaine pur sucre, elle croit au mérite et à l'élévation par le travail. Du point de vue de ceux qui n'ont pas sa chance, cette position est peut-être un peu facile. Nous devons au moins lui reconnaître une chose, elle a quand même la tête sur les épaules. "Le simple fait d'être privilégiée ne signifie pas que vous réussirez automatiquement dans la vie. Appartenir aux classes sociales modestes ne vous condamne pas non plus automatiquement à l'échec [...] Ce sera dur, quoi qu'il arrive. C'est un fait" dit-elle. Cindy reconnaît qu'elle ne s'est pas "pas faite toute seule" mais elle refuse de s'excuser d'être une privilégiée. Dans son cas, se confondre en excuses relèverait un peu de la haine de soi... et ce serait très ingrat vis-à-vis de sa famille. La jeune femme sait qu'elle a la chance de passer sans problème un diplôme coûteux qui garantira sa richesse future. Plutôt que de le déplorer, elle préfère réussir pour rendre ses proches fiers d'elle. Et la tête haute en public, merci. Que pensez-vous de Cindy ?

Source : Total Sorority Move