Témoignages : "Je me suis battue contre le surpoids à la fac !"

Ecrit par

Assumer ses rondeurs n'est pas toujours facile pour une fille à la fac. Cette étudiante a réussi à mieux contrôler son poids.

Les étudiantes n'aiment pas toujours l'image que leur renvoie le miroir. Si l'extrême maigreur n'a rien de glamour, les étudiantes n'aiment pas non plus l'impression d'être en surpoids. Pour Kelly (20 ans), la diététique a toujours posé problème. La jeune fille a décidé de se battre contre ses kilos en trop à l'université. L'étudiante raconte son histoire à HerCampus. "Je n'ai jamais été maigre lorsque j'étais enfant. J'entretenais un amour immodéré pour les chips, la sauce, les sodas sucrés et les barres de chocolat. L'exercice physique était une torture pour moi. Si vous me proposiez un film avec un paquet de gâteaux, j'étais contente pendant des heures. Mon manque d'intérêt pour ma santé ne signifiait pas que j'étais heureuse d'être ronde. J'étais toujours jalouse de ces filles, qui pouvaient manger ce qu'elles voulaient en restant si menues et si minces. J'avais l'impression que je ne pourrai jamais changer mon style de vie" raconte-elle. Kelly a la chance de ne pas souffrir de diabète malgré tout le sucre qu'elle avale, mais son mode de vie ne la satisfait pas.

Témoignages : "Je me suis battue contre le surpoids à la fac !"

Aux États-Unis, 65,7% de la population souffrait de surpoids en 2005. Parmi eux, environ 30% sont obèses. Sur ces photos qui comparent Kelly à l'époque du lycée et à la fac, la jeune fille affiche quelques rondeurs. Rien de catastrophique, mais le drame de Kelly reste sa petite taille. "C'est en classe de première que j'ai atteint mon maximum. Je pesais alors 63,5 kilos. Ce n'est pas beaucoup pour certaines filles, mais quand vous mesurez 1,52 mètre comme moi, vous avez l'air très ronde" se souvient-elle. Kelly n'est pas la plus grosse de sa classe, mais elle vit mal les regards comme cet autre étudiant en cours de sport. Pour info, avec ces mensurations l'IMC de Kelly est de 26 (définition médicale du surpoids). En entrant à l'université, la jeune fille décide de prendre la situation en main. L'étudiante est asthmatique, sa capacité à courir est donc limitée. Elle fait une croix sur les sucreries (sodas, barres chocolatées, etc.) qu'elle remplace par des fruits (smoothies compris) et de l'eau. Elle se motive avec une amie pour faire un peu d'exercice. Elle évite les fast food comme la peste... et elle perd 11 kilos en un an. Le poids perdu n'est jamais revenu. "La clef pour y arriver, c'est de trouver des petits moyens alternatifs dans la vie de tous les jours pour rester en bonne santé sans se fruster" conclut Kelly. Que penses-tu de son histoire ?

Source : HerCampus