Témoignages : "J'ai eu un cancer du sein à la fac !"

Ecrit par

La vie étudiante est faite d'aléas. La santé n'est pas la première angoisse des étudiantes. Cette jeune fille s'est battue à la fac contre un cancer du sein.

Les étudiantes imaginent souvent que le cancer du sein concerne uniquement les femmes plus âgées. Si la majorité des malades ont plus de 60 ans, la sœur de cette étudiante a déclaré un cancer à l'âge de 34 ans. C'est une chose d'accompagner un proche qui souffre de cancer, alors que vous êtes vous-même à la fac et préoccupé par votre propre avenir. Tomber soi-même malade est plus inattendu. Les étudiantes n'imaginent pas que le cancer du sein puisse les concerner. Adrienne n'avait que 19 ans quand le diagnostique est tombé. Cette jeune fille étudiait à l'Université Purdue, une fac publique située à West Lafayette dans l'Indiana (nord-est des Etats-Unis). Tout a commencé en 2007, quand Adrienne a constaté la présence d'une bosse anormale dans sa poitrine. "Tous les docteurs que j'ai rencontrés m'ont dit qu'une jeune femme dans la vingtaine ne faisait pas de cancer" dit-elle. Il n'y a pas d'antécédent de cancer du sein dans la famille d'Adrienne. "J'étais guidée par l'instinct que quelque chose de grave était en train de m'arriver" explique Adrienne à HerCampus.

Aux Etats-Unis, la moindre le moindre examen de santé peut atteindre des sommes astronomiques. Adrienne doit convaincre son assurance de payer une biopsie en février 2008. La jeune femme avait raison de s'inquiéter. Elle est atteinte d'un cancer malin du sein, comprenez une forme mortelle de la maladie. Si elle avait attendu ne serait-ce que 6 mois de plus, il aurait été trop tard. "Quand mes professeurs l'ont appris, ils m'ont conseillé de prendre du repos. Mais en tout je n'ai accepté de rater qu'un mois de cours" se souvient Adrienne. La jeune femme subit une mammectomie (ablation de la poitrine) et débute la chimiothérapie pendant l'été. La jeune fille retourne à la fac, malgré son traitement. Mais les rayons la fatiguent, et elle doit sérieusement ralentir le rythme de sa vie étudiante. "J'ai découvert à cette période qui étaient mes vrais amis, ceux qui sont restés proches de moi" déclare Adrienne. La jeune femme a triomphé de la maladie, et milite depuis son diagnostique pour le dépistage quelque soit l'âge. Notre étudiante ne s'est pas déshabillée comme ces joueuses de rugby d'Oxford. Elle a préféré témoigner de son histoire sur plusieurs campus. "j'ai transformé une situation négative en quelque chose de positif" conclut Adrienne. Que penses-tu de cette histoire ?

Source : HerCampus