Témoignages : Cette étudiante croque la vie malgré son handicap !

Ecrit par

Frappée par une méningite foudroyante, Pernelle Macron a été amputée d'une partie des quatre membres. Elle a décidé de ne pas se laisser abattre.

La vie tisse parfois des histoires hors du commun. Notre étudiante du jour est inscrite à Sciences-Po Lille. Pernelle Marcon (23 ans) entame un Master II. Derrière son joli sourire, la jeune fille cache une volonté de fer. Âgée de 19 ans, Pernelle contracte une méningite foudroyante. Le responsable de cette maladie est une bactérie (en général le méningocoque) qui s'attaque au cerveau, au système nerveux central et à la moelle épinière. Malgré les médicaments administrés deux heures après le début de l'infection, la jeune fille est amputée des extrémités de ses membres. Dans les 5 étapes que tu traverses quand tu es malade, la plus grande réussite de Pernelle est sa réadaptation. Elle a dû tout réapprendre comme "un véritable bébé" selon ses propres mots. Aujourd'hui, Pernelle remarche grâce à des prothèses en carbone fixées aux genoux. Ancienne handballeuse de haut niveau, la jeune fille refuse de céder le terrain. "Je ne pouvais passer le reste de ma vie à ruminer…" déclare-t-elle dans un entretien avec La voix du Nord. Aujourd'hui, elle conduit seule à nouveau.

Abandonner le sport n'était pas plus envisageable que de rester chez elle toute la journée. Pernelle se rend désormais à Roubaix une fois par semaine pour pratiquer du rugby-fauteuil. Ce sont ses parents, instituteurs et amateurs de handball, qui l'ont initiée très tôt au sport. A 14 ans, Pernelle intégrait le pôle espoir d'Angoulême. Après son bac, elle poursuit en nationale 1 en parallèle de ses études. La maladie modifie sa trajectoire, mais ne la bloque pas définitivement. Pernelle trouve du soutien auprès de sa famille. L'humour l'aide à gagner en sérénité... Son petit frère aurait beaucoup ri le jour où elle lui a dit qu'il lui cassait les pieds. La jeune femme réfléchit, analyse et utilise au mieux l'énergie dont elle dispose. Pernelle a de la ressource. Cet été par exemple, la jeune fille est partie en Amérique du sud. Elle intervient dans les écoles pour raconter son histoire, et sensibiliser les jeunes aux problèmes liés au handicap. La mobilité et l'autonomie sont des point essentiels pour Pernelle. "Aujourd’hui, plus je marche et mieux je me sens. Il me reste simplement à éviter le point de rupture" conclut-elle. Que pensez-vous de son histoire ?

Source : La voix du Nord