Syrie : Un étudiant de Grenoble meurt en combattant pour le Jihad

Ecrit par

Etudiant en licence d'économie à Grenoble, Bilel, 23 ans, a perdu la vie en Syrie après avoir reçu une balle dans le cœur. Parti combattre le régime de Bachar Al-Assad en juillet 2013, il a été retrouvé sans vie le 18 février dernier. meltyCampus fait le point.

Une balle dans le cœur. C'est ainsi que Bilel, étudiant de 23 ans en économie, a perdu la vie dans la nuit du 18 au 19 février dernier. Parti en Syrie (où 15 étudiants ont été tués à Damas) accompagné de plusieurs autres djihadistes français, Bilel était parti combattre le régime de Bachar Al-Assad. Pompier volontaire et étudiant en licence d'économie dans la région grenobloise, le jeune homme était issu d'une famille de musulmans modérés. Toutefois, une rupture amoureuse relativement difficile à encaisser l'aurait poussé à se radicaliser. Quelque chose qui a préoccupé sa famille et notamment sa sœur qui déclare au Dauphine : "Sur la fin, ça nous a inquiété, parce qu’on le voyait changer. Mais on n’imaginait quand même pas qu’il allait partir en Syrie".

Syrie : Un étudiant de Grenoble meurt en combattant pour le Jihad

Et celle-ci d'ajouter : "Mon frère avait la tête sur les épaules. Il disait qu’il voulait aider le peuple syrien en apportant des médicaments et de la nourriture et aussi en combattant le régime de Bachar al-Assad". C'est dans cette optique que Bilel a rejoint le Front al-Nosra, branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie. S'il avait réussi à maintenir un contact régulier avec ses parents restés en France, c'est un ami à lui qui leur a annoncé son décès. Une nouvelle difficile à admettre d'autant plus que le corps du jeune homme est resté en Syrie, à Homs plus précisément. Sa sœur Oumaïna, 22 ans, regrette : "On aimerait bien voir le corps de mon frère pour faire le deuil mais on ne peut pas. On a juste une photo de lui, mort". Comme Bilel, 700 résidents français ont rejoint, ou envisagé de rejoindre, la Syrie ces dernières années. Ces chiffres avancés par les experts du renseignement ont poussé le président Hollande à rappeler l'obligation qu'a la France en matière de protection des jeunes. Et vous étudiants, quel avis avez-vous sur la guerre en Syrie ?

Source : http://www.ledauphine.com