Suisse : Le nombre d'étudiants étrangers bientôt limité ?

Ecrit par

On ne le nie pas, la Suisse, ce n'est pas le plus grand pays du monde en termes de superficie. Cependant, quand ses écoles envisagent de limiter le nombre d'étudiants étrangers, à meltyCampus, on trouve ça étrange ! Un étudiant ne prend pas tant de place que ça, quand même, si ?

Pour le moment, on ne parle que d'une seule école, mais pas des moindres : l'école Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), prestigieuse et donc prisée des étrangers (les étudiants ne vont pas s'enquiquiner à changer de pays pour une formation médiocre). Du coup, le nombre des élèves augmente. Plutôt que d'augmenter ses capacités d'accueil (entre 10.000 et 12.000 étudiants), ce qui, on le conçoit, est assez complexe à réaliser, l'établissement pense donc à mettre en place un numerus clausus dès la première année de bachelor, mais uniquement pour les étrangers. On rappelle qu'un pénis géant pousse à la fac de Basel en Suisse. C'est un étranger, un peu. Peut-être va-t-il être renvoyé? Dans la mesure où c'est une plante, la procédure ne serait-elle pas un peu difficile ? Que de questions.

Suisse : Le nombre d'étudiants étrangers bientôt limité ?

Déjà, des mesures ont été prises : "Nous avons augmenté dès cette année les exigences pour les détenteurs d'un certificat d'études secondaires supérieur européen", a déclaré Madeleine Von Holzen, porte-parole de l'école, reprise par 24 Heures. Autrement dit, il faut une mention très bien au bac (16/20), sans quoi l'inscription est refusée. Le Conseil des EPF (écoles polytechniques fédérales) a décidé d'agir et demande la modification de la loi qui l'autorise à limiter le nombre d'étrangers en-dehors de la première année. On imagine : "Ah oui, tu as eu ton année, mais tu n'es pas suisse. Voici la porte. Au revoir. Merci, les gars". En tout cas, même si la modification a lieu, elle ne sera pas appliquée avant 2017. Déjà que les étudiants suisses sont privés d'Erasmus depuis la rentrée 2014, c'est pas facile de passer tranquillement ses partiels tout en voyant du pays, ces temps-ci.

Source : 24heures.ch