Sugar Babies, un bal pour trouver leurs sugar daddies

Ecrit par

En Amérique, de plus en plus d'étudiantes deviennent des sugar babies. Des bals sont même organisés pour faciliter les rencontres. meltyCampus vous en dit plus !

Vendredi dernier, un bal masqué était organisé à New York. Pas le genre de bal qui finit en élection de reine de la promo, mais un bal où les étudiantes et les "sugar daddies" se rencontrent. meltyCampus vous avait déjà parlé de ce concept desugar daddy que certaines étudiantes utilisaient pour payer leurs études. Un concept qui s'apparente à de l'escorting ou à de la prostitution. Le site nypost nous apprend désormais que des bals sont organisés pour que les sugar babies trouvent leur proie ! Samantha, une jeune étudiante de 21 ans raconte qu'elle ne va pas sortir avec un garçon de sa fac qui paye des bières à 2 dollars. Elle fait partie des 150 femmes présentes dans la pièce. Ce qu'elles ont toutes en commun : leur inscription sur le site Seeking Arrangement qui met en relation les filles et les "papas sucre". A la soirée, toutes les filles sont en robes élégantes, alors que les hommes, eux portent un masque. Pour ces derniers, la moyenne d'âge frôle les 50 ans.

Sugar Babies, un bal pour trouver leurs sugar daddies

D'après la plupart des filles, le manque d'attraction physique n'est pas un problème. Une des participantes, âgée de 25 ans, affirme qu'elle est là avec son "bienfaiteur" de 59 ans, qui est atteint d'un cancer. Celui-ci la paye 4 000 dollars par mois. Elle ajoute aussi que : "il essaye vraiment de me rendre heureuse, il restera le numéro 1 de mes sugar daddies jusqu’à sa mort." Une autre âgée de 22 ans affirme qu'elle préfère être une sugar baby que d'exercer un boulot à mi-temps. Elle raconte qu'un businessman de Dubaï, a déjà payé 1 000 dollars rien que pour boire un café avec elle : "C'est comme avoir un emploi lambda, car un sugar daddy est un mentor, un fournisseur et un gentleman." En 2006, 1 utilisatrice sur 4 du site SeekingArrengement était étudiante, désormais elles sont 1 sur 2. En France, les French sugar babies font débat.