Stagiaire à l'ONU non rémunéré, il vivait sous une tente !

Ecrit par

Comment s’épanouir professionnellement quand on n’a pas les moyens de se payer un logement ? Un étudiant a décidé de dormir dans une tente !

La pénurie des logements étudiants n’est décidément pas une légende et quand certains arrivent à trouver un appart (quand ce n’est pas une chambre de bonne), les prix sont extrêmement chers. Eh oui, meltyCampus sait qu'il n’est pas rare de trouver des logements à plus de 400 euros pour un 10 m² ; malheureusement, c’est la triste réalité. On ne s’étonne plus de voir les étudiants rester chez leurs parents en raison d'un manque de moyens. Comment faire quand tu décides d’accepter un stage ou de partir étudier à l’étranger ? C’est ce qui est arrivé à David Hyde, un jeune diplômé de 22 ans en relations internationales qui a même fait un semestre à Sciences-Po Paris. Cet étudiant néo-zélandais avait trouvé le stage de ses rêves à l’ONU. Le seul problème, c’est que les locaux sont à Genève et on sait tous que c’est l’une des villes les plus chères au monde. Malgré une recherche d’appart approfondie, les loyers étaient beaucoup trop élevés, donc il a opté pour un plan B : la tente. Il a sûrement dû prendre exemple sur cet étudiant qui avait vécu un an dans une tente pour pouvoir payer ses études ! Loin d’être au courant de la situation financière de leur fils, ses parents “l’ont encouragé et quand j’ai reçu la réponse positive tout le monde était très fier à la maison. L’ONU, Genève, c’est quand même prestigieux” nous explique-t-il.

Stagiaire à l'ONU non rémunéré, il vivait sous une tente !

Pourquoi a-t-il accepté ce stage, s’il savait qu’il n’avait pas les moyens de se loger ? Le problème, c'était que David s’était vu refuser de nombreuses offres de stage en raison de son impossibilité à trouver un appart. Pour ne pas perdre une telle proposition, il décide d’accepter le stage en sachant que ses conditions de vie seraient dures. Comme un malheur ne vient jamais seul, il est important de préciser que ce stage n’était pas rémunéré, même s’il était d’une durée de plus de six mois. L’étudiant décrit ainsi la politique de l’ONU : “Pas de déclaration, pas de transports, pas de nourriture et pas d’aide aux soins” et il est loin de penser “que ce système soit juste”. Ces conditions semblent contredire les valeurs de cette organisation. David avait raconté son histoire à la Tribune de Genève qui a été très vite relayée par tous les autres médias, au déplaisir de l’ONU. Suite à ce récit, de nombreux Genevois avaient proposé à l’étudiant de l’héberger mais l’étudiant a finalement décidé de démissionner tout simplement, une décision qui a surpris tout le monde. “Personne ne m’a demandé de partir ou a fait pression sur moi. C’est ma propre décision et j’ai choisi de démissionner parce que je sens que cela serait trop difficile de continuer à me concentrer sur mon travail en tant que stagiaire”. Eh oui les stages sont souvent bien différents entre les espérances et la réalité. Seriez-vous prêt à dormir dans une tente pour un super boulot ?

Source : La Tibune de Genève