Stage : Le gouvernement veut stopper les abus !

Ecrit par

Les stages, le nouveau combat du gouvernement. La ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, souhaite réformer cette étape importante pour les étudiants, pour éviter les abus.

Les stages pendant les études sont-ils mal encadrés ? C'est en tout cas ce que pense Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. "Nous allons développer la possibilité d'effectuer des stages dans tous les cursus, et également plus tôt, dès la licence" explique Geneviève Fioraso au journal Libération. Elle précise également que les offres de stages deviendront "un des critères qualitatifs pour l'attribution des dotations d'Etat" aux établissements. Si meltyCampus vous expliquait comment bien préparer un entretien grâce à notre coach Georges Boissin, il n'est jamais simple d'en trouver un. Notamment lorsque l'on est à l'université. Si le ministère souhaite aider les étudiants à trouver un stage, le gouvernement estime aussi qu'il faut réglementer la situation auprès des employeurs.

Stage : Le gouvernement veut stopper les abus ! - photo
Stage : Le gouvernement veut stopper les abus ! - photo
Stage : Le gouvernement veut stopper les abus ! - photo

Geneviève Fioraso estime qu'il faut recadrer les stages pour éviter les abus. Elle explique notamment que de nombreuses entreprises utilisent des stagiaires pour éviter d'embaucher à cause de la crise. Mais le chômage, toujours en hausse, ne permet pas aux étudiants de vivre avec aussi peu de revenu par mois. "Certains secteurs, comme la publicité, ont entre 10% et 15% de stagiaires. Ce n'est pas normal, et nous étudions, avec le ministre du Travail, Michel Sapin, la possibilité de fixer des plafonds", assure-t-elle. Enfin, Geneviève Fioraso, qui souhaite lutter contre le décrochage universitaire, affirme qu' "il ne faut plus de stages en dehors des cursus de formation" et que les périodes et durées devront être réformées "Nous allons également limiter les stages à six mois"

Source : Libération