Stage, Job étudiant... Que déclarer aux impôts ?

Ecrit par

Alors que les étudiants sont de plus en plus souvent amenés à travailler, dans le cadre de stages ou de jobs étudiants, meltyCampus a décidé de vous faire un topo sur ce que vous devez déclarer ou non aux impôts. Profitez-en !

Trois conditions vous permettent d'être exonérés d'impôt. Elles doivent absolument être réunies et s'appliquent dans le cadre d'indemnités perçues en contrepartie d'un stage. Tout d'abord, le stage doit être obligatoire, à savoir imposé par l'école ou fondamental pour la validation d'un examen par exemple. Il doit aussi avoir une place intégrante dans le déroulement de la formation. Enfin, il ne doit pas dépasser une durée maximale de trois mois. Sachez que dans le cas où les indemnités perçues par le stagiaire seraient supérieures au minimum légal (436,05 euros), l'exonération d'impôt reste valable tant que les trois conditions exposées ci-dessus sont respectées. Dans l'hypothèse où l'une des conditions ne serait pas appliquée, l'accomplissement du stage dans le cadre d'une année de césure ou une durée supérieure à trois mois par exemple, l'exonération d'impôt ne prendrait plus effet et les indemnités deviendraient imposables dans leur intégralité. Le Monde précise toutefois qu'il existe deux exceptions à cela : "Les stages effectués dans une association dans le cadre du service civique ou ceux réalisés à l'étranger dans le cadre d'un VIE (volontariat international en entreprise)". Dans ces deux cas, les stagiaires échappent à l'impôt et ce, quel que soit la durée de leur stage. A ce propos, jetez un œil à notre article sur ces 10 stages qui payent plus que votre boulot.

Stage, Job étudiant... Que déclarer aux impôts ?

En ce qui concerne l'application de l'imposition aux jobs étudiants (d'ailleurs voici 6 questions à poser avant d'accepter un boulot), celle-ci ne touche pas les revenus inférieurs à 4 291 euros. Pour bénéficier de cette exonération d'impôt, un seul prérequis, avoir 25 ans ou moins. Travailleurs étudiants membres de cette tranche d'âge, ne déclarez pas les sommes inférieures à 4 291 euros, ou déclarez seulement le surplus éventuel. Quant aux étudiants percevant un salaire dans le cadre de leurs études, ils auront la mauvaise surprise d'apprendre que ces salaires sont imposables. L'imposition touche notamment des écoles telles que l'Ecole nationale de la magistrature, de l'Ecole nationale d'administration, de Saint-Cyr, de Polytechnique ou de l'Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) et s'applique aussi aux externes et internes en médecine et en pharmacie.

Source : http://www.lemonde.fr