Rentrée universitaire 2012 : Pourquoi tant de différences entre les réformes scolaires et universitaires ?

Ecrit par

La rentrée universitaire 2012 sera surement pleine de turbulences et de soucis. Si le primaire bénéficie d'un véritable avantage, les universités seront bien embêtées avec l'augmentation des frais de scolarité.

Depuis quelques jours, meltyCampus vous explique les soucis que pourront rencontrer les étudiants à la rentrée. La FAGE dénonce une augmentation des frais de scolarité, et Julien Blanchet revenait sur l’histoire pour meltyCampus. +3,7% en septembre 2012, +50% en 10 ans sur la vie étudiante, des chiffres qui font peur. Surtout, lorsque l’on sait que François Hollande expliquait dans son programme présidentiel que les études et la jeunesse seraient au centre de son quinquennat. Les syndicats sont quelque peu déboussolés et les étudiants également. Comment peut-on promettre que les choses évolueront dans le bon sens, alors que les mesures prises sont en contradiction avec ce qui est promis ? Surtout quand l’on sait que des changements sont prévus pour la rentrée 2012 des étudiants dans le primaire.

Rentrée universitaire 2012 : Pourquoi tant de différences entre les réformes scolaires et universitaires ? - photo
Rentrée universitaire 2012 : Pourquoi tant de différences entre les réformes scolaires et universitaires ? - photo
Rentrée universitaire 2012 : Pourquoi tant de différences entre les réformes scolaires et universitaires ? - photo

Le gouvernement promet des nouveautés. Tout d’abord, pour les écoles appartenant au cycle primaire, les vacances de la Toussaint sont allongées. Mais également l’allocation de rentrée scolaire augmentée, de quoi aider les familles. 1000 professeurs des écoles ont été recrutés parmi les premiers recalés au concours et de 6000 autres personnels, notamment 500 assistants chargés de la prévention et de la sécurité (APS) seront en fonction à cette rentrée. Autant de changement et d’argent investit qui ne viennent pas en aide à l’enseignement supérieur. D’ailleurs, la ministre Geneviève Fioraso a souhaité relativiser la situation. Selon vous, pourquoi des mesures positives sont mises en place pour le primaire mais pas pour le secondaire ? Comment les syndicats réagiront à la rentrée ?