France : Un robot lycéen sera testé dans trois établissements !

Ecrit par

Dès la prochaine rentrée, trois établissements de Rhône-Alpes vont accueillir un robot lycéen qui assistera aux cours à la place de l’élève malade. Cette expérimentation, qui peut surprendre, est mise en place en collaboration avec la région Rhône-Alpes, le ministère de l’éducation et la société de Bruno Bonnell, Awabot. meltyCampus vous en dit plus sur le sujet.

Il y a quelques mois déjà, meltyCampus vous parlait de ces scientifiques japonais qui espéraient faire passer des examens d’entrée pour l’université à des robots. Aujourd’hui, on vous présente une toute autre initiative. Quand les élèves sont malades, ils ne peuvent se rendre en cours. Il en est de même quand les transports en commun font des grèves. Dans ces cas, l’élève rattrape ses cours via les notes de ses camarades. Mais, il est toujours préférable et plus constructif d’assister aux cours. C’est pourquoi dès la prochaine rentrée, trois établissements de Rhône-Alpes vont accueillir un robot lycéen qui aura pour but d’assister au cours à la place d’un élève qui n’est pas en mesure de se déplacer. Ainsi, l’élève pourra suivre son cours tout en étant chez lui ou à l’hôpital. De cette manière, un élève qui n’est pas présent dans sa salle de cours pourra tout de même "assister au cours".

France : Un robot lycéen sera testé dans trois établissements ! - photo
France : Un robot lycéen sera testé dans trois établissements ! - photo
France : Un robot lycéen sera testé dans trois établissements ! - photo

Comme le précise le site Humanoides : " Le but est de pouvoir offrir à des élèves malades ou hospitalisés le moyen de ne pas rater les cours et d’assurer leur présence en continu". Le robot disposera d’un écran LCD où figurera l’image de l’élève ou une vidéo de l’élève qui suit son cours à distance. Bien entendu, l’élève peut intervenir à tout moment. Cette solution sera expérimentée durant deux ans afin de tester le matériel et d’apporter des améliorations à l’interface logicielle. Une expérimentation qui a un coût : un total de 490 000 euros !