Réforme de l'orthographe : La colère gronde chez les profs et étudiants !

Ecrit par

La colère enfle depuis l'annonce de la mise en application de la réforme de l'orthographe à la prochaine rentrée scolaire…

Ecrire "éplucher un ognon" au lieu d' "éplucher un oignon" ne vaudra bientôt plus un zéro en dictée aux étudiants mauvais en orthographe. De même si ceux-ci écrivent "nénufar" au lieu de "nénuphar". Dès septembre, cela ne sera plus considéré comme une faute d'orthographe. C'est la nouvelle qui a été annoncée hier : vingt-six ans après avoir été votée, la réforme orthographique approuvée par l’Académie française en 1990 va être appliquée dans les manuels à l’occasion de la réforme des programmes scolaires. Collégiens, lycéens ou encore étudiants devront s'y faire, tout comme les profs : la langue français e va subir quelque 2400 modifications. Le but : simplifier cette dernière, jugée trop compliquée à apprendre. Parmi elles, les accents circonflexes disparaitront, tout comme les tirets qui suivent les préfixes "contre", "porte", "extra", "entre" … Ainsi, vous pourrez écrire portemonnaie, weekend ou encore millepattes en toute tranquillité.

Réforme de l'orthographe : La colère gronde chez les profs et étudiants !

Ce n'est pas tout : le tréma est déplacé sur la lettre "u" prononcées dans les suites "-güe-" et "-güi-" et est ajouté dans quelques mots. Comme celui de "faire", le participe passé de "laisser" suivi d'un infinitif devient invariable. Elle n'est pas encore appliquée que cette réforme met Twitter sens dessus dessous ! Depuis hier, la colère gronde sur les réseaux sociaux, où profs et étudiants s'insurgent contre cette réforme de l'orthographe. "Donc plutôt que d'apprendre, on préfère changer. C'est bien, on ira loin", tweete @jhnrppz. D'autres proposent de changer jusqu'aux mathématiques, comme @Vrilouss : "Et puis pour simplifier l'apprentissage des élèves, on peut également décréter que 7x8=78 nan ? Je propose hein…" ou encore un changement radical de l'orthographe, tant qu'on y est : " Moi je propose qu'on ne se casse plus la tête : c'est, s'est, ses, ces, sait = C.", tweete @florambrosini. Un avis que rejoint Julien Soulié, professeur de lettres classiques, qui s'est confié à TF1 :"Est-ce qu’on supprime les dates de l’Histoire de France, sous prétexte que ce n’est pas facile à retenir ? Non." À noter toutefois que ces règles seront une référence mais ne sauraient être imposées, les deux orthographes seront donc justes. Approuvez-vous cette réforme ?