PSG-OM se jouera aussi à la fac !

Ecrit par

Ce soir le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille s'affrontent en 8e de finale de la Coupe de France. Un match qui se jouera également dans les facultés. meltyCampus est parti à la rencontre des étudiants-supporters.

Loins du 4L Trophy et trois jours après la victoire du Paris Saint Germain sur l'Olympique de Marseille, les deux rivaux se retrouvent ce soir en 8e de finale de la Coupe de France. Le match se déroulera au Parc des Princes et à cette occasion, les supporteurs parisiens espèrent la première titularisation de leur nouvelle coqueluche : David Beckham. L'université n'est pas indifférente à l'effervescence autour de ce 4e "Classico" de la saison. PSG-OM est une affaire de passionnés mais également, la seule rencontre que toute la France suit et commente. Comme pour Nils et Camille, deux étudiants en Histoire à l'université Paris 7 Diderot. Camarade à la faculté et complice à la ville, ce soir, c'est dans un bar que les deux garçons iront soutenir leur club, le PSG. "J'habite en banlieue parisienne. Je trouve cela normal de supporter le club de ma région" s'avance Nils, tout excité à l'idée du spectacle à venir. Etudiant en Histoire, il fanfaronne : "Je connais aussi bien les dates des guerres de Louis XIV, que le palmarès des "Clasico" de ces 30 dernières années" se vante-t-il. Il est incollable jusqu'à l'année 1981. Mais lorsqu'on lui demande les dates de la guerre de Dévolution menée par le Roi Soleil (1667-1668) contre la monarchie espagnole, l'étudiant reste silencieux. Dans les amphithéâtres, la provocation est de rigueur. C'est ce que rapporte Kamel à meltyCampus. Cet étudiant en Staps à l'UPEC, fervent supporteur de l'OM décrit l'ambiance surchauffée des salles de cours quelques heures avant un Clasico.

PSG-OM se jouera aussi à la fac ! - photo
PSG-OM se jouera aussi à la fac ! - photo
PSG-OM se jouera aussi à la fac ! - photo

"A chaque PSG-OM c'est pareil : on se chambre et on fait des paris. Pour le prof ou le chargé de TD ce n'est pas facile de maintenir le calme parfois." Y-a-t-il eu des incidents, des dérapages à cause d'un mot de trop, une blague mal interprétée ? "Jamais" affirme catégorique, l'étudiant de 23 ans. "En Staps on nous apprend à respecter autrui. Ce n'est que du sport et on est amis dans la vie. On prend vraiment ça à la rigolade. Je ne vais pas frapper mon ami sous prétexte que l'OM a perdu !" Une ambiance bon enfant qui rassure tant les confrontations entre le PSG et l'OM ont été les théâtres d'affrontements, parfois mortels, entre partisans des deux clubs. La gente féminine à également son avis sur l'évènement. Leïla, en 2ème année d'information et communication à Paris III Sorbonne-Nouvelle, tranche : "Ça m'arrive de regarder des bouts de matchs avec mon frère. Mais ça ne m'intérresse pas spécialement". Elle justifie son indifférence. "Il n'y a que l'argent qui compte dans ce sport. Paris était dernier avant l'arrivée du Qatar ! Et puis le mot "zlataner" me gonfle ! " s'exclame-t-elle. Elle devance la question. "Non ! Je ne regarderais pas le match parce que David Beckham joue ! C'est des stéréotypes de croire que les femmes iront au stade juste pour lui !" Si Teddy Riner attire les étudiants vers le judo, ce n'est pas encore le cas du Spice Boy pour le football. Aïssa, elle, regardera la confrontation car elle est "fan de Mamadou Sakho", le défenseur central parisien.