Prostitution étudiante : Rencontre avec une Sugar Baby made in France

Ecrit par

Nous vous avons déjà parlé du phénomène des Sugar Babies, qui s’est exporté d’Amérique vers la France. meltyCampus vous en dit plus.

Nous vous avions parlé dubal des Sugar Babies, à New York, où les Sugar Daddies masqués choisissent la jeune fille de leur choix. A la clé, de l’argent, bien assez pour vivre confortablement. Le phénomène s’est exporté en France, et Rue89 a notamment rencontré Chloé (le nom a été changé), 24 ans et Sugar Baby. Elle s’est lancée pendant un stage non rémunéré aux Etats-Unis, et a continué une fois rentrée en France, car sa mère est tombée malade, a dû partir se faire soigner à l’étranger et son job étudiant ne lui permettait pas de vivre décemment. Elle décrit ses Sugar Daddies comme des hommes entre 40 et 50 ans qui la paient pour qu’elle les accompagne à des dîners d’affaires. Ce sont des hommes d’affaires, seuls, car leur femme est souvent loin.

Prostitution étudiante : Rencontre avec une Sugar Baby made in France

Une image presque glamour de ce qui n’est que de la prostitution de luxe en somme. Car ce que le témoignage de Chloé passe sous silence, c’est la véritable nature des rapports entre Sugar Daddies et Sugar Babies. Une autre Sugar Baby a ainsi répondu à ce témoignage, toujours sur Rue89, et n’hésite pas à dénoncer toute l’hypocrisie de ce système : "Etre une sugar baby, ce n’est pas : "Je vais bouffer avec des gentils messieurs tous frais payés." C’est : "Je me prostitue pour payer mes études avec des mecs assez âgés pour être mon père." Chloé a raison, selon elle, sur la théorie : des gens riches te payent pour sortir avec eux, mais omet de préciser certaines choses sur la pratique : "en échange tu couches. Et tu te fais payer pour ça". Même SeekingArrangement le précise au cas où quelqu’un aurait encore un doute.