"Pourquoi j'ai choisi d'étudier en Belgique", le témoignage de Kim, 23 ans, 2ème partie

Ecrit par

Kim a 23 ans et vient d'être diplômée en ergothérapie de la Haute Ecole de la Province de Liège. Hier, elle nous expliquait ce qui l'a menée en Belgique. Aujourd'hui, elle nous parle de ses études là-bas.

Si beaucoup de gens ne comprennent pas ce qui pousse les étudiants français à étudier en Belgique, le témoignage de Kim, 23 ans, peut s'avérer très utile. Concours ultra-sélectifs, tarifs exorbitants pratiqués par les écoles... Les raisons sont multiples et souvent bonnes. Aujourd'hui, Kim, fraîchement diplômée en ergothérapie à la Hause Ecole de la Province de Liège, nous parle de ses études en Belgique. Après avoir été tirée au sort, la jeune femme a donc pu intégrer la formation de son choix. Et elle n'était pas la seule ! "Lors de ma première année, il y avait environ 25 français sur 48 qui ont été tirés au sort, je crois... avec plus ou moins 100 belges" se souvient Kim. Soit un cinquième de français sur une promotion. Mais comment sont perçus nos chers étudiants expatriés par les jeunes belges ?

"Pourquoi j'ai choisi d'étudier en Belgique", le témoignage de Kim, 23 ans, 2ème partie
"Pourquoi j'ai choisi d'étudier en Belgique", le témoignage de Kim, 23 ans, 2ème partie

"Ils sont tous compréhensifs vis à vis de notre situation. Néanmoins, il peut arriver qu'en général ils considèrent que les français viennent chez eux juste pour se former et donc profitent de leur système, puis retournent ensuite en France" explique Kim. "Ce qui est le cas la plupart du temps" admet-elle. Le problème se situe-t-il précisément ici ? Nous avions également pointée il y a quelques jours une autre question : qui paie pour les étudiants français en Belgique ? La Belgique, et personne d'autre. Une situation dont Kim est bien consciente : "Je pense que la politique des quotas est tout à fait légitime, dans la mesure où le prix dérisoire des écoles est dû au fait que ce sont les belges qui cotisent dans le but d'avoir une meilleure accessibilité à l'enseignement supérieur en Belgique" nuance-t-elle. "Il est donc normal de limiter l'invasion d'étudiants venant des pays limitrophes tels que la France ! Ce n'est donc pas eux qu'il faut pointer du doigt mais bien le système éducatif français et notamment les écoles paramédicales en France ! Les étudiants français, quant à eux, n'ont pas trop le choix s'ils veulent vraiment faire le métier qui les intéresse...".

"Pourquoi j'ai choisi d'étudier en Belgique", le témoignage de Kim, 23 ans, 2ème partie
"Pourquoi j'ai choisi d'étudier en Belgique", le témoignage de Kim, 23 ans, 2ème partie