Portraits d'étudiants : Sébastien Prod'homme, 22 ans, président de l'UNI-MET de Strasbourg.

Ecrit par

Allier ses études et un engagement politique : mission impossible ? meltyCampus a rencontré pour vous Sébastien Prod’Homme, étudiant en dernière année de LEA et président de l’UNI-MET de Strasbourg, pour répondre à vos questions !

Pourquoi la politique ? Sébastien nous dit que tout à commencé avec un tract glissé sous sa porte, qu’il s’est pris à étudier, au début de son parcours universitaire. "Quand je l’ai eu entre les mains, j’ai pris un stabilo, et j’ai commencé à surligner tout le champ lexical utilisé par l’organisation étudiante, la rhétorique utilisée dans tous les propos." Il a continué dans cette voie en étudiant les programmes des différents partis politiques français, un procédé selon lui essentiel pour se forger une opinion politique. Car si Sébastien insiste sur la nécessité d’un engagement, il parle d’un engagement réfléchi. En effet, se reconnaître davantage dans les idées de droite ne lui a pris pas moins de sept mois de réflexion, sur les idées des différents partis comme sur lui-même et les valeurs que sa famille a pu lui inculquer. Il a ainsi rejoint l’UNI, dont il a pris la tête il y a tout juste un an, et il a entamé il y a quelques mois l’aventure des municipales en tant que tête de liste, malheureusement sans pouvoir achever son projet, faute de parité, mais il ne garde pas de regrets.

Portraits d'étudiants : Sébastien Prod'homme, 22 ans, président de l'UNI-MET de Strasbourg.

Comment parvient-t-il a conjuguer ses études et son engagement politique ? Une activité telle que la politique, qui représente davantage une activité extrascolaire qu’un projet d’études pour Sébastien, exige selon lui une grande flexibilité et beaucoup d’organisation : "on ne peut pas faire des collages jusqu’à trois heures du matin sans être assez flexible ". Mais quand on aime on ne compte pas, même si ça reste une activité prenante ! Cela ne l’empêche pas d’être en 3è année de Licence, avec une moyenne tout à fait correcte. "La priorité c’est les études ensuite c’est les activités politiques. On n’est pas là pour sacrifier des carrières mais pour que tout le monde avance à son rythme".

Portraits d'étudiants : Sébastien Prod'homme, 22 ans, président de l'UNI-MET de Strasbourg.

Malgré son intérêt pour la politique et son engagement, cela ne représente pourtant pas pour Sébastien un plan de carrière, même si il a obtenu son DUEE (Diplôme Universitaire d’Engagement Etudiant), qui n’est ni plus ni moins qu’une formation à la compréhension des instances universitaires et au management, et donc une manière de mettre son engagement à profit. Pour lui, "pour faire de la politique il faut d’abord travailler ", car la politique va selon lui de pair avec une expérience professionnelle : "pour avoir de la crédibilité, il faut savoir ce que c’est que travailler". Il envisage donc de commencer son parcours professionnel dans une entreprise, et ensuite, pourquoi pas, d’entamer une carrière politique, en citant les exemples de maires ou d’hommes politiques chefs d’entreprise ou médecins.

Portraits d'étudiants : Sébastien Prod'homme, 22 ans, président de l'UNI-MET de Strasbourg.

Enfin, même si s’engager en politique dès la fac peut en effrayer certain, Sébastien souligne que les études sont beaucoup plus flexibles et adaptables qu’auparavant, grâce aux dispenses d’assiduité et aux cours sur internet. Durant sa campagne pour les élections municipales, qui s’est déroulée dans sa ville natale de Mayenne, il confirme avoir eu les mêmes notes qu’en présentiel, malgré tout le temps consacré à sa campagne. Mais pour en arriver là, il insiste sur la nécessité de "prendre le temps de savoir qui on est, et où on va", de réfléchir à son engagement et à ses projets d’avenir. Il ne faut pas selon lui hésiter à faire des recherches afin de se forger sa propre opinion, toujours en évitant de se laisser influencer. Et surtout, il faut y croire, car les retombées sont concrètes "comme faire rénover un amphi, ou améliorer les conditions d’étude". Tout est possibles, les organisations étudiantes sont avant tout là pour apporter des réponses. Pour d'autres portraits d'étudiants, meltyCampus vous propose celui de Christelle Plissonneau, étudiante à Epitech et fondatrice de l'association E-mma ou encore de Paola et Jérémy, réalisateurs et cinéphiles.