Oxford : Les étudiants opposés à la statue de Cecil Rhodes écorchent son nom !

Ecrit par

Malgré la fin de non-recevoir opposée par le président de l'université, les étudiants continuent leur mouvement... avec plus ou moins de crédibilité.

La statue de la discorde concentre toutes les attentions depuis quelques mois. Un collectif d'étudiants milite activement pour le retrait de la statue de Cecil Rhodes (1853-1902) du campus. Elle se trouve à l'entrée d'une bibliothèque, sur le campus de l'Oriel College. Cet ancien homme d'affaire a légué sa fortune à Oxford, ce qui en fait un de ses plus généreux bienfaiteurs. Les étudiants lui reprochent ses activités coloniales en Afrique du Sud, et ses opinions suprémacistes blanches. Le mouvement s'était répandu sous le hashtag #OxfordMustFall, à l'initiative d'un étudiant sud-africain. La volonté de faire table rase du passé avait été fraîchement accueillie par les autorités du campus. Difficile en effet de réécrire l'histoire... et plus encore de revenir sur un contrat légal. Quand un bienfaiteur fait un don à une université anglo-saxonne, il s'attend à ce que son nom ne soit jamais effacé. Sa statue non plus, d'ailleurs. Difficile aussi de démanteler un campus classé monument historique.

L'histoire a failli tourner à la catastrophe financière pour le campus. Les philanthropes qui financent les programmes actuels d'Oxford ont menacé de retirer leurs dons. Devant le risque de voir disparaître des millions de livres, le président de la fac avait laissé la statue en place. Les étudiants ne désarment pas. D'après le Daily Mail, le syndicat National Union of Students a lancé une grande enquête contre le racisme. Un étudiant anonyme y a écrit "Caesar Rhodes était un grand colonialiste qui a donné son nom à la Rhodésie du sud. Il doit sa fortune au labeur des mineurs d'Afrique du Sud, sous le régime colonial qu'il a contribué à créer. Nous avons un bâtiment entier sur South parks road qui est spécialement dédié à Caesar Rhodes... Quand j'y vais, je m'y sens très mal à l'aise et idéologiquement agressé. C'est comme si ce bâtiment entier m'obligeait à croire que cet homme a fait quelque chose de bien ou méritait d'être honoré". Personne ne défend les idées de Cecil Rhodes, mais ce n'est pas une raison pour écrire son nom n'importe comment. Que penses-tu de cette histoire ?

Source : The Daily Mail