Novembre : Pire mois de l'année pour les étudiants ?

Ecrit par

Novembre, novembre. Le mois où l'hiver arrive, les jours raccourcissent, tout ça tout ça. Et c'est affreux ! Le pire mois de l'année ! Pas de vacances, à peine un jour férié, il faudrait interdire le mois de novembre ! C'est impossible mais il faudrait ! meltyCampus vous explique ce qui ne va pas avec ce mois.

Bon, on rigole un peu (beaucoup), il ne faut pas tout prendre au sérieux. Mais quand même, personne n'aime le mois de novembre. Même les pires photos de soirée de la semaine du 3 novembre sont différentes. Enfin un peu. On sent que l'Alcool Club a perdu un brin de sa motivation. Oui, parce qu'on s'est dit que ces étudiants étaient si doués pour nous faire rire avec leurs exploits alcoolisés que ça doit être une société secrète. La première règle de l'Alcool Club est : il est interdit de parler de l'Alcool Club. La deuxième règle de l'Alcool Club est : il est interdit de parler de l'Alcool Club. La troisième règle de l'Alcool Club est : si quelqu'un dit stop ou s'évanouit, il doit le faire n'importe comment, de préférence allongé dans les toilettes après avoir vomi. Pour le meilleur et pour le rire. Ou quelque chose comme ça. Euh, c'est une blague hein, il faut toujours boire avec Modération, même si Modération est lui-même bourré !

Alors, la première chose pénible avec novembre, c'est le budget. En septembre, il faut payer toutes les choses nécessaires pour la rentrée. Même si les études ne sont pas assez chères, c'est l'avis de Louis. Enfin on n'est pas obligés d'être d'accord avec lui, bien entendu. En octobre, ça va, parce qu'il y a la Toussaint et on peut se réfugier chez nos parents pour être nourris, logés et blanchis gratuitement. Mais en novembre, on est toujours à découvert à cause de tous ces achats et on doit économiser pour le combler avant d'être interdit bancaire. Sauf les quelques étudiants riches qu'on invite gentiment à venir à la rédac' prendre un café et à songer au merveilleux bonheur du partage. Aucune arrière-pensée, évidemment.

La deuxième chose, c'est les vacances. Oui, on sait qu'il n'y a pas de vacances scolaires en novembre. Justement ! Il faut suivre les 10 étapes du retour de vacances, celles d'octobre, tout en rêvant à celles de décembre. Franchement, il faudrait une loi pour instaurer des vacances de deux ou trois semaines tous les mois. Ou six semaines tous les 15 jours. Dans un monde idéal, c'est ce qu'il se passerait. Et toi là-bas dans le fond qui nous traite de paresseux, on t'a entendu ! C'est pas gentil ! Bien sûr, il faudrait qu'il se passe des choses pour qu'on ne s'ennuie pas, comme apprendre des trucs par exemple. Mais pas tout seul, ce serait triste. Il faudrait des bâtiments où se rassembler pour ça, avec une récompense si on apprend bien, comme un papier qui atteste qu'on a bien tout retenu, et puis on monterait de niveau chaque année. Il y aurait des tableaux au mur et quelqu'un qu'on écouterait nous instruire. Dommage que ça n'existe pas.

La troisième chose, c'est évidemment le temps qu'il fait ! Il pleut, il fait froid, et il n'y a même pas de neige qui tombe pour au moins rendre ça un peu joli. Enfin, vous me direz, une énorme boule de neige a déjà ravagé un dortoir étudiant, alors il y a aussi des inconvénients, mais au moins, par temps de neige, on peut rester chez soi avec un bon chocolat chaud et ça nous rappelle Disney, les contes, notre enfance. Mais en novembre, le temps ne fait aucun effort ! Peut-être qu'il y a aussi des nuages étudiants qui doivent payer le ciel pour les cours de pluie et tout, et qu'eux aussi sont trop fauchés pour acheter de la neige. On sait pas. Après tout, il n'y a pas si longtemps on découvrait des formes de vie capables de s'installer au fond de l'océan autour d'un geyser, et quand on y pense, ça aussi c'est super bizarre.

La quatrième et dernière chose, ce sont les publicités. Dès le quinze du mois, on commence à voir fleurir partout des réclames pour jouets, chocolat ou foie gras qu'on n'est supposé se procurer que plus d'un mois après. C'est pénible. Sûrement un complot des publicitaires pour frustrer tout le monde et faire passer une loi pour ajouter une fête en novembre qui nous pousserait à acheter des trucs. Dans les pires confessions étudiantes sur Whisper, il y en a sûrement qui racontent qu'ils ont craqué et fini par faire une overdose de saumon fumé alors qu'on n'est pas à Noël. Les hôpitaux sont plein de victimes d'excès de saumon fumé ou d'huîtres, mais on ne nous dit rien ! Les médias préfèrent se pencher sur des accidents ou des grèves au lieu de parler des vrais problèmes ! Révoltant ! Mais bon. En novembre il y a toujours les copains, la famille, les bons moments et ça aide à faire passer ce mois désagréable. Peut-être pas le pire de l'année finalement !