Mort de Nelson Mandela : Une lutte pour l'éducation en prison

Ecrit par

Jeudi 5 décembre on a appris le décès de Nelson Mandela. meltyCampus vous propose de revenir sur sa lutte pour l'éducation, un combat qu'il a continué de mener même pendant ses 27 années en prison.

"L'éducation est l'arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde", les mots de Nelson Mandela résonnent comme une évidence aujourd'hui, même si encore trop d'enfants et d'adultes sont privés d'enseignement aux quatre coins du monde. Né en 1918 à Mvezo en Union d'Afrique du Sud, sous le prénom Rolihlahla (qui signifie "fauteur de troubles" en xhosa), l'ancien président de la République d'Afrique du Sud s'est éteint à 95 ans jeudi 5 décembre, suite à une infection pulmonaire. Ces problèmes récurrents étaient possiblement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island où il a passé 18 de ses 27 années de détention dans les geôles du régime de l'apartheid (séparant les noirs et les blancs). Au-delà du fait qu'il ait été le premier président sud-africain de l'ère post-apartheid en 1994, 4 ans après avoir été libéré de prison pour son activisme, Nelson Mandela est devenu un symbole du combat pour la liberté, l'égalité, la justice et l'éducation.

Mort de Nelson Mandela : Une lutte pour l'éducation en prison

En rentrant à l'école à 7 ans, son institutrice lui donne un prénom britannique : Nelson, mais plus tard, tout le monde le surnommera "Madiba" en référence à son clan tribal d'origine. Il rejoint l'université de Fort Hare, seule université acceptant les noirs, pour y entamer des études en droit. De là, naquit son intérêt pour la politique. Puis, en 1944, il rejoint le parti du Congrès national africain (ANC), qui est déclaré hors-la-loi pendant l'apartheid en 1960. En juin 1964, il est arrêté et condamné à la détention à perpétuité. Mais en prison, Nelson n'abandonne pas son combat. Il se met à "éduquer" les prisonniers, ce qui vaudra à la prison de Robben Island d'être surnommée "Mandela University". Pendant qu'il réalise des travaux forcés dans une carrière de chaux avec ses codétenus, il continue d'écrire, d'étudier, d'écrire et d'enseigner. Ces années en prison feront de lui un symbole de la lutte, pas seulement pour l'égalité, mais pour l'éducation de tous. Une revendication aujourd'hui prônée par de nombreuses universités.

Mort de Nelson Mandela : Une lutte pour l'éducation en prison - photo
Mort de Nelson Mandela : Une lutte pour l'éducation en prison - photo

L'actuel président sud-africain Jacob Zuma n'a reçu aucune éducation formelle et dit avoir "tout appris" pendant les 6 années passées sur l'île avec Mandela. L'influence de l'ANC dans la prison poussa même les gardiens à séparer les détenus pour éviter une trop grande "contamination". Cependant, on apprendra plus tard que les prisonniers avaient trouvé un moyen de s'échanger des messages. Nelson Mandela serait même devenu "ami" avec l'un de ses gardes, qu'il avait convaincu à force de discuter avec lui. Après 20 ans de démocratie, l'Afrique du Sud n'est toutefois pas devenu le pays envisagé par Nelson Mandela. Le pays subit encore les inégalités dans les secteurs de l'éducation ou de la santé, ainsi qu'en économie. Par ailleurs, la ségrégation raciale est toujours dramatiquement présente. "Il serait bon que la nouvelle génération de dirigeants du pays se montre à la hauteur de ses [ceux de Nelson Mandela, ndlr] nobles idéaux et de son ardent engagement en faveur des droits humains", a déclaré Kenneth Roth, le directeur exécutif de Human Rights Watch, une organisation indépendante qui se consacre à la protection et à la défense des droits humains. Mais malgré les problèmes qui touchent son pays, Nelson Mandela restera pour tous un symbole universel de lutte.