Mort de Clément Meric : Son portrait par un étudiant de Sciences-Po

Ecrit par

Mercredi 5 juin, Clément Meric était agressé en plein cœur de Paris. Etudiant à Sciences Po, sa mort a suscité de vives réactions, notamment de la part de ses camarades

Effarant. C’est le seul qualificatif poli que l’on peut ressortir de l’agression politique dont a été victime Clément Meric. Militant d’extrême gauche très engagé, il aurait été ‘’passé à tabac’’ par des skinheads, et serait mort des suites de ses blessures. Après les réactions des proches du jeune homme, c’est maintenant ses camarades qui sortent de l’ombre. Jean-Baptiste Millet, dans la même promotion que Clément Meric à Sciences Po Paris, s’est confié à nos confrères de La Nouvelle République. ‘’J’ai découvert ce qui était arrivé à Clément quelques heures après les faits. Dès le lendemain matin, un mail du directeur de Sciences Po, adressé à chacun des étudiants, avec des condoléances et une forme de marche à suivre nous a malheureusement confirmé tout ça…’’.

Mort de Clément Meric : Son portrait par un étudiant de Sciences-Po

En plus de s’être adressé à ses élèves, Frédéric Mion (directeur de Sciences Po, ndlr) s’est aussi adressé à la France. Malgré le discours de son directeur, l’incompréhension domine dans le discours de Jean-Baptiste Millet. ‘’C’était un étudiant discret et introverti. Mais il était actif et militant en dehors des cours’’. Ce weekend, un des assaillants présumé, Esteban Morillo, maintient qu’il ‘’ne voulait pas tuer Clément Méric. La lumière se fait donc peu à peu, après l’autopsie qui a affirmé que Clément Meric serait mort des coups portés au visage et non de la chute qui a suivi. Il avait 18 ans.

Mort de Clément Meric : Son portrait par un étudiant de Sciences-Po - photo
Mort de Clément Meric : Son portrait par un étudiant de Sciences-Po - photo