Miss France 2016 : Miss Toulouse destituée à cause de ses tatouages !

Ecrit par

Le concours de Miss France ne pouvait pas se dérouler normalement sans une bonne polémique. Ouf, ça arrive enfin ! Explications.

Pour prétendre au titre de Miss France, le chemin est très long et il faut sortir victorieuse de nombreux concours pour pouvoir fouler le podium du Zénith de Lille. Après avoir été élue dans sa propre ville (participant à la sélection Miss France), il faut passer un autre concours pour devenir la Miss de la région et ainsi faire partie des candidates Miss France. Le parcours vers la couronne et l’écharpe est long, mais pourtant simple. Pourquoi chaque année, des polémiques autour du concours surgissent des médias ? La raison est simple, le Comité a des règles strictes et souvent vieux jeux. Aucune folie ou originalité n’est permise aux candidates et c’est souvent pour cela qu’elles se ressemblent toutes. Les Miss font toujours les frais de cette pression et cette année, alors que meltyCampus vous présentait les premières candidates au titre de Miss France 2016, Ornella Bellorti vient d’être destituée de son titre de Miss Toulouse. Elle ne pourra donc pas passer le concours régional en octobre prochain pour devenir la prochaine Miss Midi-Pyrénées. La raison ? Ses nombreux tatouages sont trop visibles et en inéquation avec le règlement. Selon un responsable du Comité : “Le tatouage n’est pas interdit, il est juste toléré. Sa seule limite est la visibilité. Par exemple, une miss peut avoir un sein tatoué, dans la mesure où celui-ci sera toujours caché par un vêtement. Le règlement est le même pour Ornella comme pour les autres miss. D’ailleurs, elle s’est engagée en signant un contrat et ne pouvait ignorer ce point du règlement”.

Miss France 2016 : Miss Toulouse destituée à cause de ses tatouages !

Cette étudiante de 23 ans et future auxiliaire de puériculture n’a jamais caché au Comité les tatouages qu’elle possède sur le haut du sein, dans le dos et sur ses poignets. Elle avait été élue Miss Toulouse en toute connaissance de cause. Selon le site Non-Stop-People, ses tatouages ne sont pas le problème car elle ne les a jamais exhibés et ils pouvaient facilement être cachés par des vêtements et accessoires. Alors qu’elle ne veut pas que cette affaire face l’effet d’un scandale, Ornella tient tout de même à mettre en avant une discrimination sociale, “si je n'avais pas été fille d'ouvrier, personne n'aurait fait attention à mes tatouages”. La jeune étudiante ne s’arrête pas là et affirme que le seul but de cette décision était de l’évincer pour laisser la place à la première Dauphine, Ophélire Dulaire. “Elle était bien impliquée dans le milieu, son père avait un garage et lui prêtait des voitures pour aller chercher Sylvie Tellier à l’aéroport. Je me sens comme un pion, c’est de la magouille et je n’ai pas peur de le dire”. Cette décision a fortement déplu aux internautes et certains pensent qu’il ne s’agit que d’une histoire de racisme. Face à ces remarques, Ornella a tout de suite voulu recentrer le débat : “Je tenais à remettre les choses dans leur contexte. Je reçois des messages et des commentaires disant que je subis le RACISME. Si je subissais le racisme, je serais la première à en parler”. Avant une prochaine polémique, nous n’avons plus qu’à attendre décembre prochain pour connaître celle qui remplacera Camille Cerf comme nouvelle Miss France. Que pensez-vous de la décision du Comité de destituer Ornella ?

Source : Non-Stop-People