Manuel Valls premier ministre : Les étudiants de la Sorbonne réagissent

Ecrit par

Le président, François Hollande l’a annoncé le 31 mars dernier, la France à un nouveau premier ministre : Manuel Valls. Qu’en pensent les étudiants ? Sont-ils pour ou contre ? meltyCampus a mené l’enquête.

Loin d’avoir fait des études dans la politique comme ses confrères, Manuel Valls, également de nationalité espagnole, a étudié dans la prestigieuse Université Panthéon-Sorbonne (Paris I) au centre Tolbiac. N’imaginez pas que ce ministre a suivi une filière à Science Po ou à l'ENA (École nationale d'administration), il s'est contenté d’obtenir une licence d’histoire en 1986. Pendant ses études, il s'est découvert une véritable passion pour la politique et a décidé d’intégrer le PS pour soutenir Michel Rocard face à François Mitterrand alors qu'il n'avait que 17 ans. Loin de s'arrêter sur sa lancée, il a également intégré un syndicat étudiant socialiste, l’UNEF-ID. Sans attendre la fin de ses études, il est devenu conseiller des affaires étudiantes auprès du gouvernement. Un parcours qui confirme bien sa place en politique. Depuis plusieurs mois, la côte de popularité du Président et de son gouvernement est en baisse et les municipales n'ont fait qu'accentuer cette opinion : Manuel Valls est l'un des seuls ministres à avoir gardé la confiance des français avec 57% d'avis favorables. Pendant les Municipales 2014, les étudiants ont manifesté face à la présence du FN à Hénin-Beaumont mais que pensent-ils de ce nouveau Premier ministre ? Sur Twitter, très peu d'étudiants s'expriment et seuls les universitaires sont fiers d’annoncer que Manuel Valls a obtenu sa licence d’histoire à la Sorbonne. meltyCampus vous laisse apprécier quelques tweet.

Ce silence des étudiants sur les réseaux sociaux n'arrête pas meltyCampus qui a décidé de partir interroger les étudiants. Le constat est clair, les étudiants se divisent en deux groupes : ceux qui ne s'intéressent pas à la politique et les autres plus impliqués (lors des Municipales 2014, un candidat de Sciences-Po avait fait la différence à Saint-Cloud). L'un d'entre eux me répond : "Je n'ai pas grand chose à dire, je n'arrive pas à m'intéresser à la politique. Qu'a-t-il fait en tant que ministre de l'intérieur ? Ah oui, l'affaire Dieudonné". Des propos qui révoltent Julien, étudiant en lettres à Paris-Sorbonne qui lui, n'a pas réussi à dormir de la nuit : "Je ne comprends pas comment les jeunes ne se sentent pas concernés par la politique. Cette nomination me fait peur, j'attends de voir ce que ça va donner". Blaise est du même avis et s'inquiète pour l'avenir de la France : "c'est un virage à droite et ça me fait peur. Il faut le dire, Manuel Valls est de droite et la gauche n'existe plus". Des avis qui restent partagés et les étudiants n'ont plus qu'à attendre les prochaines lois concernant l'université pour juger ce nouveau gouvernement.