Logement : Quand les étudiants sous-louent leur appartement !

Ecrit par

Les étudiants ne roulent pas toujours sur l'or. Sous-louer son logement pendant les vacances ou le weekend pour arrondir son budget, c'est possible et c'est légal.

Le logement étudiant, c'est toujours une histoire compliquée. Pendant la rentrée universitaire, nous vous conseillions de vous méfier de l'arnaque des marchands de liste. Maintenant que tu as trouvé un logement étudiant, tu en prends soin et veille sur lui jalousement. Tu as aussi découvert les joies du loyer qui tombe tous les mois. Tu dois donc te reposer sur l'aide financière de tes parents/les APL/ trouver un job. Gérer ton budget est l'un des défis de ta vie universitaire... comme si valider tes semestres n'était pas suffisant. Dans ce contexte, tout bon plan pour économiser ou gagner un peu d'argent est le bienvenu. Sur meltyCampus, nous te conseillons la sous-location légale. Tu as le droit d'héberger quelqu'un chez toi contre une rétribution financière, même si tu n'es pas le propriétaire de ton logement. Tout ce qu'il te faut, c'est un accord écrit de ton propriétaire, selon l'Etudiant. Si la perspective de voir un inconnu dormir dans ton lit ne te dérange pas, la sous-location est un bon complément de revenus quand tu pars en weekend ou pour les vacances.

La loi Alur concerne tous les contrats de location signés depuis le 27 mars 2014. Si tu habites dans une résidence universitaire ou une chambre du CROUS, la sous-location est interdite. Une fois que tu t'es mis d'accord avec ton proprio, tu dois établir un contrat de sous-location pour ton nouveau pensionnaire. Tu n'as pas le droit de lui demander une somme plus élevée que ton loyer. Quant à lui louer juste un matelas sous l'escalier façon Harry Potter comme cette étudiante anglaise, c'est franchement abusé. Tu dois joindre l’autorisation écrite de ton propriétaire et une copie de ton propre bail au contrat de sous-location. Sur le plan légal, tu deviens le "locataire principal". C'est un peu le principe des poupées russes. Tu devras agir comme un propriétaire auprès de ton "sous-locataire". Si la sous-location s'éternise, sache que tu restes le seul redevable légal du loyer au propriétaire du logement. Tu ne peux pas invoquer un défaut de paiement de ton sous-locataire pour ne pas payer tes propres échéances. Sois prudent, et privilégie plutôt cette solution pour des absences courtes. Avez-vous déjà pratiqué la sous-location ?

Source : L'Etudiant