Les pires jobs étudiants : Masturbateur de dindons !

Ecrit par

Ce n'est pas une blague, c'est même plutôt une tragédie : dans les élevages industriels de dindes, les animaux sont si gras qu'ils ne peuvent pas se reproduire naturellement. meltyCampus vous explique comment s'y prennent les éleveurs !

Il y a plein de manières d'éviter la pauvreté à la fac, parmi lesquelles prendre un petit job à mi-temps. Certains sont mieux payés que d'autres et c'est rarement par grandeur d'âme des employeurs mais plutôt parce que la tâche est... particulière. C'est le cas des "branleurs" (de dindons, donc) qui ont pour tâche de récolter le sperme des animaux à la saison des amours. En effet, ceux-ci, sélectionnés pour le volume de leur chair, sont trop gros pour monter sur les femelles, et puis ça évite les blessures dues à l'acte reproductif. Donc, le moment venu, les branleurs saisonniers s'emparent de leurs tabourets et y vont. On est loin du meilleur job du monde en Bretagne !

Ils ont une combinaison verte, couleur qui plaît aux dindons (on n'a pas pu savoir comment les éleveurs ont appris ça) et un tabouret. Certains s'occupent des mâles : quelques câlins, trois secousses habiles du poignet, on s'abstiendra de vous faire un dessin, on récolte et au suivant. Pour les ouvriers agricoles expérimentés, l'opération prend environ 30 secondes. L'autre équipe se sert de seringues à inséminer pour féconder les dindes avec la précieuse semence. Tout se fait à la chaîne et à l'huile de coude. C'est un travail difficile : les bêtes pèsent souvent plus de vingt kilos. Une dernière anecdote pour la route ? Pour inséminer, l'ouvrier doit souffler dans la seringue. Parfois, il est fatigué, se trompe et aspire. C'est salé, paraît-il. Et bon appétit !