Les parents des étudiants sous-estiment le coût des études à l'étranger !

Ecrit par

De nombreux parents souhaitent que leur enfant étudie à l'étranger. La majorité sous-estime pourtant le coût d'une telle entreprise.

Les parents nourrissent-ils des rêves au-dessus de leurs moyens pour leurs enfants étudiants ? C'est la question qui se pose, au vu du dernier sondage international publié le 9 septembre 2015 par la banque HSBC. Les parents français sont 65% à envisager d'envoyer leurs enfants à l’étranger pour leurs études. En revanche, ils ne semblent pas très au fait de l'investissement financier que cela représente. Ils évaluent le surcoût à 20% par rapport à une année d'études sur le sol national. Ils comptent 43 300 euros de dépenses annuelles, soit 48 500 dollars. Il faut compter en réalité une somme 3,5 fois plus élevée, soit 147 400 euros (165 000 dollars) pour un diplôme de premier cycle aux États-Unis. Cette somme couvre les frais d'inscription, mais aussi le coût de la vie étudiante (nourriture, logement, transports, sorties, culture, etc.). Mine de rien, la rentrée étudiante à Paris ne coûte pas si cher que ça, en fait. Les Français ont la fâcheuse tendance d'oublier qu'ils payent très bon marché leurs universités. Ce n'est pas le cas dans le reste du monde.

Les parents des étudiants français sont visiblement victimes de notre particularité culturelle. Le sondage a été réalisé en ligne, auprès de 5 500 parents d'étudiants à travers le monde. Le prix qu'il acceptent d'investir dans les études à l'étranger de leurs enfants dépend énormément de leur pays d'origine. En moyenne, les parents sont prêts à débourser 36% de plus pour une formation à l'international. En comparaison, les parents français passent pour de gros radins. Les Français font partie des trois nationalités qui envisagent les plus faibles surcoûts, avec les Britanniques et les Australiens. Plusieurs explications s'imposent. Les Américains savent que les frais d'inscriptions dans leurs fac coûtent un bras. Ensuite, les Australiens et les Américains partent moins étudier à l'étranger. Ils préfèrent souvent viser leurs propres campus les plus réputés. Comme ils arrivent en tête des classements internationaux, cela peut se comprendre. Leurs enfants partiront éventuellement pendant un semestre au cours de leurs études. Les parents Français sont moins prévoyants. Ils sont 39% à ne pas avoir épargné pour les études des enfants, contre 22% en moyenne pour les parents des autres pays.

Source : Le Figaro Etudiant