Les filières générales, l’angoisse des étudiants !

Ecrit par

La rentrée approche et il est temps pour la rédac’ de revenir sur les véritables craintes des étudiants : ne pas trouver de boulot à la fin de leurs études !

Plus les années d’études passent et plus tu te rends compte que les décisions que tu vas prendre auront un impact sur ton avenir. Tu peux toujours changer de filière et recommencer à zéro, mais ça veut dire que tu auras perdu plusieurs années et donc des chances en moins d’obtenir un boulot rapidement. Quand tu arrives au lycée, tu te rends compte que les choses deviennent sérieuses, il faut que tu penses à ton avenir. Comment choisir sa fac alors qu’on ne sait pas ce que l’on veut faire comme métier plus tard ? meltyCampus sait que ce n'est pas simple de prendre une telle décision. Il y a bien des matières que l’on aime, mais de là à faire cela jusqu’au bout de sa vie, il y a des limites. Tu admires tellement tes potes qui veulent faire de leur passion un métier ou ceux qui souhaitent simplement faire la même chose que leurs parents. Pour ces étudiants, leur avenir est déjà tracé dans les moindres détails. Alors que jusqu’à présent tes parents t’obligeaient à faire des études et à avoir le bac, une fois le diplôme en main, on te dit “fais-ce que tu veux”. Même si c’était à prévoir, tu n’avais pas réfléchi à cette question avant de t’inscrire sur APB. Une étape importante paraît-il, mais quand on voit que plus de 10 000 bacheliers n’ont toujours pas reçu leur affectation, on se demande bien l’intérêt de s’inscrire sur ce site.

shocked animated GIF

Une chose est sûre : les étudiants veulent poursuivre des études pour trouver un boulot rapidement, mais que faire ? La plupart d’entre eux choisissent la fac et les filières générales. La rédac’ n’est pas prête à critiquer ces étudiants car nous aussi, nous sommes sortis de ce type de cursus. Que ce soit en lettres, en géographie, en science ou encore en histoire, les étudiants ont surtout choisi un domaine qui leur plaît, ou qu’ils détestent le moins. Sophie, une étudiante en anglais veut être optimiste malgré l’inquiétude de ses parents : “au lycée, je ne savais pas quoi faire, j’adore les langues et je me suis dit que j’allais pouvoir voyager avec ce cursus. Avais-je peur de l’avenir ? Un peu, mais je me disais qu’en étant dans une filière générale, je pourrais tout faire par la suite”. C’est bien ce que nous vendent les facs car quand on regarde les débouchés, on se dit que n’importe quelle entreprise cherche ce type d’étudiants qui ont des aptitudes indéniables dans l’analyse et un regard plus neutre et innocent en comparaison aux filières professionnelles. D’ailleurs, l'opération Phénix est l’un des projets qui permet aux étudiants de filières générales d’accéder à des hauts postes de grandes entreprises grâce à une année d’alternance. Il n’est donc pas incohérent d’être en fac de lettres et de devenir commercial sans aucune formation spécifique. Pour ceux qui en doutent, vous pouvez toujours vous inscrire en école de commerce !

disney animated GIF

Les choses se corsent quand on avance dans les études. Après la licence, tu optes souvent pour le master recherche (à moins d’avoir changé de cursus). On pourrait penser que les profs seraient sympas avec les étudiants et les aideraient à obtenir leur diplôme facilement, l’ennui, c’est qu’ils forment les futurs profs de demain. Eh oui, même si les trois quarts de la classe ne veulent pas enseigner, le niveau reste le même. C’est souvent à cette étape-là que les étudiants stressent et décident de se reconvertir. Dans les filières générales, tu n’as pas besoin de faire un stage pour valider ton année, donc à moins d’être motivé à en faire un pendant les vacances (parce qu’on ne va pas te laisser louper des cours pour un stage), la procrastination prend le dessus. "Je vais faire un stage" est sûrement l'un des mensonges que tu racontes tout le temps en début de semestre. On sait tous que chercher un boulot sans n’avoir fait aucun stage, ça craint, mais on peut toujours y arriver (avec des difficultés). La dernière année de fac est un moment décisif où les étudiants vont prendre des décisions importantes. Alors que la plupart des étudiants en ont marre des études et sont prêts à faire n’importe quel boulot, les autres décident de recommencer à zéro. “J’ai essayé de faire une année de droit en même temps que mes études de lettres modernes, mais avec le mémoire, c’était impossible. Aujourd’hui, j’ai validé mon M2, mais l’année prochaine, je démarre une L1 de droit. Je ne veux pas avoir fait autant d’années d’études pour ne pas avoir de boulot ou faire quelque chose que je n’aime pas”, explique Edouard lors de son inscription. Une décision peut-être radicale, mais rassurante pour lui. As-tu peur en l’avenir ?