Les étudiants sont-ils la génération sacrifiée ?

Ecrit par

CDD à répétition, stages à n’en plus finir et intérim jusqu’à écœurement… Pour beaucoup de jeunes le chemin vers l’emploi est un chemin de croix. meltyCampus s’intéresse à une génération au futur incertain.

C’est une réalité trop connue. Chômage et précarité sont les deux mamelles auxquelles beaucoup de jeunes boivent aujourd’hui un lait amer. Les statistiques sont limpides : un jeune sur quatre est à la recherche de travail comme le rappelle aujourd’hui Ouest France. Pour éviter le chômage la plupart revoient leurs ambitions à la baisse et se trouvent contraint d’accepter des postes sans possibilités d’évolution, sous-payés ou bien en dessous de leur qualification. Même le CESE (conseil économique sociétal et environnemental) qui n’est pas vraiment un repère de dangereux gauchistes tire la sonnette d’alarme : "La situation des jeunes sur le marché du travail, tant en ce qui concerne leurs difficultés d'accès à l'emploi que la nature même de cet emploi, est préoccupante.". Au premier trimestre 2012, 22.4% des jeunes pointaient au chômage. Un chômage qui les inquiète de plus en plus et noircit leurs perspectives d’avenir. Au moins dans ce domaine notre belle France applique la parité et l’on ne note pas de différence notable entre les deux sexes. Un écart par contre important entre les non-bacheliers (44%) et les autres.

Les étudiants sont-ils la génération sacrifiée ? - photo
Les étudiants sont-ils la génération sacrifiée ? - photo
Les étudiants sont-ils la génération sacrifiée ? - photo

Face à cette situation beaucoup de jeunes envisagent l’expatriation comme une solution. Et ce d’autant plus que pour les « happy few » qui décrochent un emploi, le CDD est souvent la norme. S’il débouche parfois sur un emploi durable, il est souvent l’occasion pour les entreprises d’user jusqu’à la moelle de jeunes employés naïfs et malléables avant de se séparer d’eux sans regrets. Comme le rappelait le CESE "La crise actuelle renforce le clivage entre insiders, bénéficiant d'emplois pérennes, et outsiders, alternant contrats précaires et chômage". Et toi, t'estimes-tu précaire ?

Source : Sud Ouest