Les étudiants peuvent-ils devenir accros aux séries TV ?

Ecrit par

Les étudiants adorent les séries TV. Quand tu démarres une saison, difficile de t'arrêter. La boulimie d'épisodes te guette... gare à l'indigestion.

Le binge watching peut-il être considéré comme une addiction ? Les étudiants incapables de décoller de leur écran pendant des soirées (voire des journées) entières sont peut-être malades sans le savoir. Un colloque se tenait à l'université Paris-Ouest sur le thème "Séries et dépendance ; dépendance aux séries". Les chercheurs en cinéma et en psychologie se demandent si la télévision est devenue une drogue légale comme une autre. Les étudiants adorent la saison 3 de The 100. Si la cigarette abime les poumons, la télévision pourrait-elle aussi causer des dommages au cerveau ? La psychologue et enseignante-chercheuse Nathalie Camart a pris la parole dans Libération. "Nous montons une étude pour mieux comprendre les comportements de visionnage et les mécanismes psychologiques impliqués dans la sériephilie, en observant s’il existe des conséquences néfastes à une telle consommation" explique-t-elle.

Sur les 200 personnes interrogées, peu d'entre elles parlent d'une dépendance. La chercheuse espère augmenter leur effectif à 1000 pour obtenir plus de données. Les étudiants sont très concernés par ce phénomène, encore mal étudié. Les séries concernées sont françaises et américaines, avec une prédominance pour les séries humoristiques et les comédies. La science-fiction, le fantastique et les séries d’action ferment la marche. "Une majorité de femmes regardent les séries (ou répondent au questionnaire, on ne sait pas encore…). Dans notre échantillon, nous avons une forte proportion de professions intellectuelles supérieures et d’étudiants" explique Nathalie Camart. Le concept de dépendance aux séries TV n'est pas encore scientifiquement validé. Pas de risque de finir comme ces étudiants chinois "dépendants" au web. "Ce qui définit l’addiction, c’est l’oscillation entre le plaisir et le déplaisir : le sujet reproduit un comportement pour arriver au plaisir. Le déplaisir est lié à sa perte de liberté" rappelle la psychologue. Penses-tu être dépendant aux séries ?

Source : Libération