Les étudiants français nuls en anglais ?

Ecrit par

Les étudiants français ne sont pas des lumières en anglais. C'est ce que démontre de nombreuses enquêtes sur le cas. Pourquoi ? meltyCampus vous donne les explications.

Les Anges de la Télé-Réalité auraient-ils dû prendre des cours d'anglais ? La question pourrait se poser pour les étudiants français tant ces derniers sont régulièrement accablés par des études concernant leur niveau d'anglais. En 2009, les résultats du Test of English as a Foreign Language (TOEFL) pour 2008 plaçaient les étudiants français au 69e rang sur 109 pays en terme de maîtrise de l'anglais. On rétorquera que l'étude reposait sur un échantillon de 20.000 étudiants mais les faits sont là : les étudiants français ont des difficultés à converser en anglais Quel est le problème ? Le système scolaire dans un premier temps. Selon une enquête de la Commission européenne, la France est le pays où les professeurs sont le moins formés pour l'enseignement des langues étrangères. C'est également une nation qui n'enseigne pas les matières générales, comme les mathématiques ou l'histoire-géographie, en anglais, chose qui se pratique dans de nombreux pays et dont les vertus sont prouvées. Le commissaire européen à l'Education Jan Figel écrivait dans une enquête de 2006 sur le sujet : "Grâce à ce type d'enseignement, les élèves apprennent des matières du programme d'études en même temps qu'ils mettent en pratique et améliorent leurs compétences linguistiques."

Les étudiants français nuls en anglais ? - photo
Les étudiants français nuls en anglais ? - photo
Les étudiants français nuls en anglais ? - photo

Un autre souci, celui-ci typiquement français, concerne l'oral. Le fait, par exemple, qu'il y ait plusieurs manières de dire le même son dans la langue de Shakespeare est particulièrement difficile à intégrer pour les étudiants. Le Français aura tendance à prononcer "seat" (siège) et "to sit" (s'asseoir) de la même manière entraînant la confusion. Sans compter que l'Hexagone est l'un des seuls pays européens où les programmes télévisés et les films au cinéma sont majoritairement doublés et non sous-titres. Enfin, les étudiants souffrent de problèmes d'inhibition. "L' étudiant Français n'est pas mauvais en langues, comme on le dit bien souvent, mais il a peur du ridicule. Et ce blocage psychologique est tellement ancré dans la mentalité nationale qu'il a le plus grand mal à se lancer à l'oral, à prendre des risques, à se faire confiance" déclare Till Gins, fondateur et directeur de l'Oxford Intensive School of English. Oxford qui est d'ailleurs accusé de discrimination raciale.