Les 6 raisons qui prouvent que tu devrais prendre une année de césure !

Ecrit par

Les études, c'est important mais ça peut parfois peser lourd. Bon, si vous faites une école de sumo, c'est normal que vous pesiez lourd vous-même mais là n'est pas le sujet. meltyCampus vous liste les signes qui devraient vous pousser à faire une année de césure.

Comme l'explique HerCampus, ce n'est pas forcément toujours une bonne idée de s'accrocher bec et ongles à ses études si ça coince. Déjà, vous n'avez pas de bec mais des dents, les dents c'est fragile et le dentiste c'est cher. Dévorer les meilleurs bonbons de notre enfance (et se brosser les dents après !), d'accord, mais se bousiller les chicots sur des études coriaces, non. Bref, avec cette merveilleuse métaphore gingivale, on veut vous dire que si votre santé vacille, une année de repos, ça peut faire du bien. De même, les étudiants sont sévèrement touchés par la procrastination. Si vous êtes du côté de ceux qui soupirent parce qu'ils n'ont pas pu relire une douzième fois leur cours la veille du partiel, rapport au nouvel épisode de Game of Thrones (Arya et Sansa à la fac, ça donne quoi ?), ça va. Si, cette même veille de partiel, vous suppliez tous vos contacts Facebook pour qu'ils vous filent leurs notes des cours auxquels vous n'êtes jamais allé, ça craint.

On vous disait qu'en tant qu'étudiant entrepreneur, il y a plein d'avantages à créer ton entreprise. Si vous avez une idée qui pourrait révolutionner l'économie, allez-y ! On sait jamais, vous pourriez être le nouveau Mark Zuckerberg, si vous y mettez du temps et de l'argent (non, juste du temps en fait, rapport au découvert que vous traînez depuis six mois). Et même, votre projet de sites de rencontre pour gens qui aiment dire des choses crades, ça peut marcher. Franchement, on en est à la trente-troisième édition des pires messages Tinder et clairement il y a un marché. Sinon, parmi les choses qu'en tant que coloc vous n'avouerez jamais, c'est que vous ne supportez plus les gens avec qui vous vivez. Ni vos profs. Ni vos "potes" de promo. Ni vos potes tout court. Ni la caissière de l'Intermarché du coin. Tout le monde vous tape sur les nerfs, en fait. Il est temps de songer aux lamas péruviens qui n'attendent que vous pour les tondre et leur servir de crachoir.

Trois étudiants ont été arrêtés pour avoir volé un poulet vivant, l'avoir tué puis l'avoir mangé dans les dortoirs. Vous en étiez ? C'était un rituel sataniste ? Vous cherchiez à invoquer le Prince des Ténèbres pour échanger votre âme contre une bonne note au partiel de géostatistique psychomotrice ? Il faudrait penser à aller se reposer, aussi. Si vous l'avez fait parce que manger au CROUS, c'est pas très swagg, la rédac vous prédit une belle carrière de journaliste chez Chasse, Pêche et Traditions, mais bon sang faites ça bien et laissez la volaille non-règlementaire tranquille. Enfin, bien évidemment, vous pouvez profiter de votre année de césure pour vous sevrer d'Internet. L'intérêt scientifique est criant : peut-on se priver du Dieu Internet plus de deux heures d'affilée ? Ladite divinité se vengera-t-elle en postant des statuts comme "Je suis un caca" sur votre compte Facebook (ça va, on ne trouve pas ça drôle, on n'est pas tombés si bas) ? Mystère et boule de bit (comme dans 8 bits = 1 octet, hein. Vous avez l'esprit mal tourné).

Source : hercampus.com