Le contrôle continu favoriserait la réussite des étudiants !

Ecrit par

Depuis plusieurs années, des solutions ont été proposées pour pallier à l’échec de la première année d’université, mais ces mesures s’avèrent insuffisantes, seul le contrôle continu semble payant.

Les statistiques de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sont guère réjouissantes : seul un étudiant sur deux passe directement en deuxième année de licence quand un sur quatre redouble, d'ailleurs le redoublement universitaire est-il utile ? Parfois, il se réoriente voire abandonne ses études supérieures, en effet un étudiant sur 10 arrête les cours en première année. Malgré ces chiffres peu encourageants, le comité de suivi de licence et de licence professionnelle est favorable au contrôle continu, dont les bénéfices sont manifestes. Ce rapport précise que "les établissements qui développent l’évaluation continue intégrale déclarent obtenir des résultats plus satisfaisants pour les étudiants qu’avec le contrôle terminal". Néanmoins aucune donnée chiffrée ne vient appuyer ces affirmations.

Le contrôle continu favoriserait la réussite des étudiants !

Le contrôle continu va dans le sens des mesures demandées par l’Unef, le syndicat étudiant. Encourager cette mise en place, c’est d’abord plaider en faveur d’un contrôle continu des connaissances, permettre aux étudiants de savoir où ils en sont. "Les lacunes sont constatées très tôt, et peuvent être comblées rapidement, avec les corrections / restitutions / explications. Ce temps est dédié à la formation, avec un gain pour les étudiants en termes de méthodologie. C’est une approche globale, impliquant les équipes pédagogiques en interactivité." Au fond, ce type de contrôle est bien plus bénéfique qu’un partiel qui nécessite beaucoup de révisions et ne permet pas d’évaluer l’ensemble des connaissances. Toutefois, le comité de suivi reste divisé sur la suppression de la session de rattrapage si toutefois le contrôle continu remplaçait les fameux partiels.

Source : https://savoir.actualitte.com