La ville qui aide le plus les étudiants est...

Ecrit par

L’UNEF a annoncé les villes étudiantes les plus chères, mais qu’elle est celle qui aide le plus les jeunes ? Verdict !

Le syndicat étudiant le plus connu de France vient de refroidir le moral des étudiants. Alors qu’ils galèrent déjà à trouver un appart et à économiser pour payer le premier loyer, l’UNEF vient d’annoncer dans un communiqué que le coût de la vie allait augmenter de près de 1,1% cette année. La raison ? L’augmentation des prix des loyers et des transports, autrement dit, les nécessités premières des étudiants. meltyCampus sait désormais que Brest est la ville la moins chère pour étudier, mais quelle ville de France aide le plus ses étudiants ? Selon le site France info, avec un coût de 770 euros par mois, Toulouse est loin d’être l’Eldorado des nouveaux bacheliers mais son avantage, c'est que les collectivités font tout pour améliorer la vie des étudiants ! “Malgré un prix des loyers qui est quand même important, on a un coût de la vie étudiante qui est loin d’être le plus élevé. Les transports coûtent 100 euros par an, c’est le tarif le moins cher de toute la France. Et puis il y a des chèques santé, qui permettent de financer l’accès à une complémentaire, et des chèques culture” explique Willam Martinet, le président de l’UNEF. Avec le même principe que la caution locative, “La municipalité finance via un prêt à taux zéro, le premier mois de loyer à hauteur de 500 euros sans conditions de ressources pour tout étudiant, avec la possibilité d’un remboursement sur trois ans”.

Quelle est la place de l’UNEF à Toulouse ?

Malgré ces quelques mesures, la municipalité ne s’arrête pas là et c’est avec l’aide de l’UNEF et les demandes des étudiants qu’elle tente de réduire les difficultés financières des jeunes. Le syndicat ne se repose donc pas sur ces quelques réussites et chaque année, les repas universitaires sont négociés pour gagner ne serait-ce qu’un centime. Selon Adrien Lienard, le secrétaire général de l’UNEF Toulouse, “Nous avons déjà réussi à obtenir la réduction des tarifs d’une formule express, qui comprend un sandwich, un dessert et une bouteille d’eau. Une formule majoritairement adoptée par les lycées”. Pour lui, ce n’est pas assez, d’autant plus qu’il faut gérer l’augmentation de la vie étudiante. La première crainte est la fin du tarif jeune Tisséo qui avait provoqué il y a quelques semaines un tollé chez les étudiants et qui est l’un des moins chers de France. “La fin du tarif à 10 euros, ce serait un coup dur sur le budget d’un étudiant” explique Adrien. Dernier problème, la ville rose ne possède pas assez de cités universitaires ce qui ne permet pas aux étudiants d’être indépendants financièrement, même avec une bourse. Selon vous, qu’est-ce qui doit être fait pour aider les étudiants ?

Source : France info