La télé-réalité rend-elle les étudiants plus bêtes ?

Ecrit par

Les émissions de télé-réalité ne sont pas réputées pour être très instructives. Pourtant, elles sont de plus en plus suivies par les jeunes. Sont-ils en train de s'abrutir ?

Nabilla, Marie et Geoffrey, Loanna… tous issus de la télé-réalité, tous connus. Pas forcément en bien direz-vous. Certes mais pourtant ils sont connus. "Qu'on parle de moi en bien ou en mal, l'important c'est qu'on en parle" pourrait bien être le slogan de la télé-réalité. Car l'important dans ce milieu est de faire le buzz. Et il semble que certaines de ces "célébrités" l'aient très bien compris ! Nabilla, pour ne citer qu'elle avec son désormais culte "Non mais allôôô quoiii" ou "la guerre mondiale de 78" a réussi à tenir le haut de l'affiche pendant plusieurs jours. Que ce soit pour leur physique, leur attitude ou leurs expressions, ces nouveaux peoples font parler d'eux ! Tout est bon pour se faire remarquer, car dans le monde de la télé-réalité, il ne faut pas passer inaperçus ! Par exemple, malgré les explications de la production, nombreux sont ceux qui pensent que Mike a quitté les Anges car il n'était pas assez présent à l'écran et dans la maisonnée...

La télé-réalité rend-elle les étudiants plus bêtes ?

Mais concrètement, qu'apportent ces émissions de télé-réalité Pas grand-chose, si ce n'est un peu de détente. Une demi-heure de fous rires lorsqu'on regarde les épisodes avec des amis. Culturellement et surtout linguistiquement en revanche, le bilan est assez pauvre. Pour ne pas dire catastrophique. Et ceci, dès les débuts de ce type d'émission. On se rappelle en effet d’Ève Angeli et de certaines de ses phrases comme "La femelle du mouton, c'est la brebis ? Parce qu'elles ressemblent à des moutons, les brebis." Phrases cultes, fautes de grammaire, de syntaxe ou de vocabulaire, les acteurs de la télé-réalité donnent des sueurs froides aux professeurs de français !

La télé-réalité rend-elle les étudiants plus bêtes ?

Mais ces émissions n'auraient que peu d'impact si elles restaient occasionnelles. Aujourd'hui pourtant, on compte au moins une émission de ce type par jour, si ce n'est deux ou trois. Entre les Anges, la Belle et ses princes, Secret Story ou les Ch'tis à Miami, tout est fait pour inciter les jeunes à passer leur temps devant la télévision. Rappelez-vous, meltyCampus se penchait il y a peu sur l'impact des télé-réalités sur les révisions. Eh bien, non seulement les étudiants ne révisent pas, mais en plus ils s'abrutissent ! Le constat peut paraître dur et vieille école, mais comment penser autrement lorsqu'on entend Jordan, des Ch'tis à Ibiza dire "Elle veut jouer les professeuses" ? Evidemment, tout le monde sait que ce terme n'existe pas. Pourtant, Nabilla a montré il y a peu à quel point une expression à première vue ridicule pouvait devenir commune : en moins de deux semaines, la France entière avait adopté son "Non mais allo quoi", décliné sous toutes les formes. Utilisée pour faire rire ou se moquer dans un premier temps, une expression se banalise et entre dans le langage commun à force d'être répétée et médiatisée. Rien ne garantit donc que les professeurs ne retrouvent pas dans les copies du baccalauréat quelques fantaisies sur les guerres mondiales…

La télé-réalité rend-elle les étudiants plus bêtes ?
La télé-réalité rend-elle les étudiants plus bêtes ?