La coloc' de Blaise : Une nouvelle vie qui commence

Ecrit par

Hallelujah ! Aujourd’hui, c’est le grand départ pour ma nouvelle vie. J’emménage, pour une période indéterminée, dans un appart avec un de mes meilleurs potes, ludo. Je réalise mon rêve de partir de chez mes parents pour vivre avec mon Bro’.

Rembobinons la cassette. Avant d’emménager, de chercher un appart, je devais savoir si je voulais vivre avec quelqu’un ou non. Pour moi c’était évident ! Je souhaitais habiter en colocation, mais avec qui ? Là était le gros problème, difficile de trouver une personne avec qui tu puisses vivre. On a tous des potes avec qui on s’entend bien, mais en trouver un avec qui partager son quotidien sans vouloir commettre un meurtre cinq fois par jours, c’est déjà un peu plus chaud. En plus, entre vous et moi, je suis comment dire… Assez difficile à vivre… voire vraiment très chiant. Je montre tous ces signes qui prouvent que je suis un mauvais coloc ! Je devais trouver le colocataire parfait qui savait dans quoi il mettait les pieds et qui pourrait me supporter. J’ai bien envie de vous dire que ça se bousculait au portillon mais je vous mentirais. J’avais une seule personne qui voulait tenter l'aventure, un de mes meilleurs potes, Ludovic. On était partis plusieurs fois en vacances ensemble avec une période où on avait vécus pendant un mois dans un van. On savait très bien à quoi s’attendre. Et ça allait faire mal.

La coloc' de Blaise : Une nouvelle vie qui commence

Ce mec est tout le contraire de moi, ultra calme au point de pouvoir l’embêter pendant des heures sans qu’il ne dise rien. Je vous laisse imaginer ce que j’ai pu lui faire subir. Maintenant que j’avais trouvé le mec parfait pour vivre avec moi, il fallait trouver un appartement. Et sans vous mentir, je l’ai déniché en un jour. Un F3 de 70 mètres carré à Alfortville à trois minutes à pied de la gare. Comment j’ai fait ? Je suis allé voir de moi-même toutes les agences immobilières de la ville pour savoir si elles avaient des choses à me proposer. J’ai été un peu étonné de la façon dont j’ai été accueilli dans certaines agences. En effet, la première chose qu’on me demandait, c’était : " combien est ton revenu ? ". J’ai donc eu beaucoup de chance de trouver ce petit nid douillet. Pourquoi cette ville et pas Paris ? Tout simplement pour les prix, lui comme moi avions un budget serré qui ne nous permettait pas de prendre un appart vivable à un prix raisonnable. Maintenant, place au déménagement et donc à la séparation avec les parents mais vous devrez attendre une semaine pour connaitre le fin mot de cette histoire.

La coloc' de Blaise