La coloc' de Blaise : Les filles à l'appartement !

Ecrit par

Hallelujah ! Aujourd’hui, c’est le grand départ pour ma nouvelle vie. J’emménage, pour une période indéterminée, dans un appart avec un de mes meilleurs potes, ludo. Je réalise mon rêve de partir de chez mes parents pour vivre avec mon Bro’.

Dans le dernier épisode de la coloc' de Blaise je vous avais parlé des soirées à l’appartement, aujourd’hui nous allons traiter un sujet très sensible qui peut faire souffler un vent de discorde sur n’importe quelle colocation : les filles. Après des mois de vie à deux le jour que je redoutais tant est arrivé. Mon pote, mon Bro, mon coloc, Ludo avait rencontré une fille ! C’était pendant le mois de décembre, juste avant le nouvel an. Je m’en souviens très bien parce que leur relation a commencé le 1er Janvier. Ce fut un cataclysme pour moi, une épreuve à surmonter. Faut savoir un truc sur les colocations : ça te permet de ramener beaucoup de filles chez toi, donc de multiplier tes chances de rencontrer une gente dame. Quand tu vies chez tes parents, tu ne vas pas dire à la fille : " bon tu viens chez moi ? Je vis chez mes parents par contre " ,vous pouvez êtes sûr qu’elle dira : " NON ". La colocation permet donc d’entreprendre un nomadisme sexuel, pouvant parfois déboucher sur une belle histoire. En somme, pour ceux qui n’ont pas compris le terme, cela signifie que tu couches un peu à droite à gauche, mais tout en respectant la dame.

La coloc' de Blaise : Les filles à l'appartement !

En aucun cas, j’incite les gens à le faire, qu’on soit bien clair. En tout cas, Ludo et moi avons mis en place des règles afin que tout se déroule dans les meilleures conditions quand on ramène une fille. Par exemple, quand je sais que je ne vais pas rentrer seul, je lui envoie un message pour qu’il prépare le clic clac dans le salon comme ça, je n’ai qu’à m’y glisser dedans. Vous allez me demander pourquoi je ne dors pas dans mon lit ? Parce qu’il ne fait qu’une place : il est donc difficile d’y faire de bonnes galipettes à deux. Le matin, c’est assez cocasse comme situation. Tu tripes avec ta nouvelle amie tout en étant avec ton pote. L’ambiance est vraiment agréable, on se croirait dans l’auberge espagnole. Qu’on se le dise ! Il y a souvent un malaise le lendemain matin. Tu ne sais pas trop quoi faire de tes mains ou quoi dire et tu te poses un milliard de questions du genre, est-ce qu’on va se revoir ? Quand est-ce qu’elle part ? Est-ce qu’on est ensemble ? Il y a cependant un mauvais côté quand tu ramènes une fille à la coloc. Il en est de mon devoir de vous le dire : tu dois éviter tous les cris d’animaux empêchant ton colocataire de dormir. Des techniques sont donc mises en place pour étouffer chaque petit couinement pouvant sortir d’une bouche.

La coloc' de Blaise : Les filles à l'appartement !

Ludo avait donc trouvé une fille et comme elle vivait chez ses parents, un peu loin de Paris, elle prit très vite ses aises chez moi, enfin chez nous. Par exemple, quand elle est venue pour la première fois dans l’appartement, elle y resta 4 jours, rien que ça ! En deux minutes plus tard, la fille avait déjà posé toutes ses affaires ! J’avais trouvé un équilibre de vie, et là elle démolissait tout. Le bon côté des choses, c’est qu’elle faisait à manger, et plutôt bien, je dois le reconnaître. Maintenant qu’elle habitait à moitié chez nous, je devais faire avec, et je peux vous dire que ce n’est pas évident. Tu as l’impression de ne plus être vraiment chez toi, tu ne peux plus faire n’importer quoi comme emmerder ton coloc, te trimbaler en caleçon ou aller aux toilettes sereinement. Ça peut paraître bête, mais ce sont ces petits détails qui font la différence. Ce n’est donc pas évident de vivre à trois sous le même toi. Ludo me demande donc à chaque fois qu’une de ses copines vient si elle peut rester un peu ou non. De cette façon, les cohabitations se passent plutôt bien. Morale de l’histoire : mettre des règles pour tout et surtout faire attention à ton colocataire. Ludo n'as aucun des 5 défauts qui rendent la coloc invivable, et pour ça j'ai beaucoup de chance.