Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Quand tu as des problèmes psychologiques

Ecrit par

Une fois étudiante, tu te dis qu'il serait bien de gagner un peu d'argent pour enfin quitter le foyer familial et être indépendante ! Mais tu ne trouves pas tout de suite le métier de tes rêves. Moi, je suis hôtesse de caisse (oui, caissière) et c'est toute une aventure !

#19 : Quand tu as des problèmes psychologiques

Le métier d’hôtesse de caisse est plutôt simple : tu souris et fais la meuf qui est heureuse d’être là, tu encaisses les produits, puis tu dis au revoir comme si tu étais triste de quitter ce client si charmant pour passer aux autres. Bref, tu fais l’autruche en espérant que ta journée se passe sans soucis et très vite. Tout est mis à ta disposition pour faciliter ton travail mais surtout pour que tu ne perdes rien de ce qu’on te donne. Tu as le droit à des pochettes et même des mini tiroirs où ranger tes bons de réductions et stylos. Le problème est lorsque tu es maniaque, folle et que tu as des tics, tu passes plus de temps à vérifier que tout est bien rangé plutôt qu’à travailler. Promis, ça ne se voit pas vraiment, mais moi, j’en ai conscience et quand je ne fais pas certaines choses que j’ai l’habitude de faire, je deviens folle et intérieurement et je ne suis pas bien. Au fond de moi, mon alter ego est en panique totale et si je préfère ne pas savoir en quoi je me transformerai si je ne faisais rien. Oui, ça fait peur mais je subis ça au quotidien donc je suis habituée. Promis, je ne suis pas la psychopathe que Kévin a rencontrée sur Adopteunmec. Je vais vous présenter ces choses qui pour une personne normale n’ont rien d’extraordinaire mais qui pour moi peuvent faire de ma vie un enfer.

1. Madame "Bonjour"
Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Quand tu as des problèmes psychologiques

On a tous lu quand on était petit, les livres "Madame, Monsieur" ; eh bien quand je m’installe à ma caisse, j’ai l’impression de faire partie de cette bande de petites boules de toutes les couleurs. Derrière mon uniforme de caissière et mes apparences d’étudiante se cache en réalité "Madame Bonjour". J’ai une technique (qui marche 2 fois sur 3). Quand je finis avec un client, je me retourne et dis "bonjour" pour informer ce dernier qui est encore en train de vider ses courses sur le tapis que je vais commencer. Certaines fois, je parle avec les clients avant même de les encaisser, donc forcément, je leur dis une première fois "bonjour". Une fois leur tour arrivé, je suis obligé de leur dire une nouvelle fois "bonjour". Si je ne le fais pas, j’ai l’impression d’entendre la voix de ma mère me crier : "on ne t’a jamais appris à dire bonjour ?". Oui, c’est dur de vivre avec deux personnes en soi.

2. Les bons d’achats et bons de réductions

Toute l’année, tu dois faire attention aux bons de réductions qui sont collés sur les produits car c’est à toi de les enlever physiquement et informatiquement tout en les conservant précieusement. Quand ils sont trop grands, tu coupes ce dont tu as besoin pour que ça ne prenne pas trop de place (c’est surtout parce que j’aime bien que tout soit propre). Le problème arrive avec les bons d’achats qui sont attachés sur le ticket de caisse. Comme je n’ai pas que ça à faire que garder le ticket avec moi et qu’il vaut mieux le rendre au client, je passe ma vie à les découper, toute la journée. Certains clients essayent d’être gentils et coupent ces tickets à ma place, mais ce n’est pas de ma façon. Je veux qu’ils soient coupés juste avant le titre "Bon d’achat" et recoupés en bas, juste avant toute la pub. C’est simple non ?

3. Les tics avant d’encaisser

Quand tu es caissière, ta pire crainte est de faire des erreurs de caisse. Au début j’en faisais plein donc j’ai pris l’habitude te compter trois fois l’argent qu’on me donne. 1- je compte en même temps que le client avant qu’il me donne l’argent, 2- je compte en vérifiant si les billets ne sont pas des faux, 3- je recompte pour me rassurer. Le souci est quand le client me paye cinquante euros en pièces de un, deux euros ou cinquante centimes ou bien qu’il me règle une grosse somme. C’est à ce moment-là que je dois être très vigilante et je n’hésite pas à prendre mon temps. Alors que je comptais pour la troisième fois, un client rageux me fait : "vous n’allez pas compter vingt fois !?". Pfff, quel bouffon ! Si j’en ai envie, ce n’est pas toi qui as des erreurs de caisse en fin de journée. Autre tic, je tape le montant, je touche le côté de l’écran tout en vérifiant que je ne me suis pas trompé de chiffre puis je valide pour encaisser. Je mets du temps mais au moins je suis rassurée.

4. La maniaque

De base, j’aime bien quand tout soit propre et quand je passe à ma caisse du poisson, des sacs surgelés tout mouillés et des boîtes qui ont traîné je ne sais pas où, il vaut mieux de temps en temps faire le ménage. Plus mon scan est sale, plus j'ai du mal à passer mes articles et plus je suis lente donc j'ai tout intérêt à le faire. Bon ok, la vraie raison c’est juste que j’aime bien que tout soit propre. Des fois, je vais faire la pause de caissières et les caisses sont tellement sales que je ne comprends pas comment elles arrivent à faire passer les articles.

5. Le rangement de son caisson

Ton caisson est fait pour que tu ranges facilement ton argent. Pour ma part et la plupart des caissières, chaque pièce est rangée dans un compartiment particulier et par ordre croissant ou décroissant tandis que les billets sont de l’autre côté. Quand tu fais la pause de certaines filles, tu as l’impression qu’une bombe nucléaire est passée : les pièces sont n’importe où et les tonnes de billets sont regroupées dans un seul compartiment. Bref c’est la galère. J’ai l’impression d’être folle et d’avoir des tics chelous mais une caissière est pire que moi. Elle ne fait pas que bien ranger sa caisse, ses pièces elles aussi sont bien rangées et alignées les unes aux autres. A côté d’elle, je ne suis qu’une petite joueuse.