Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les vols

Ecrit par

Une fois étudiante, tu te dis qu'il serait bien de gagner un peu d'argent pour enfin quitter le foyer familial et être indépendante ! Mais tu ne trouves pas tout de suite le métier de tes rêves. Moi, je suis hôtesse de caisse (oui, caissière) et c'est toute une aventure !

#17 : Les vols

Quand tu travailles comme hôtesse de caisse, ta pire crainte est de te retrouver face à des vols et malheureusement, ça arrive bien trop souvent. Ton deuxième job est de contrôler qu’aucun client n’essaye de passer des produits sans payer et certains sont très créatifs. Ils n’hésitent pas à tenter l’expérience car ils savent très bien qu'au pire des cas, ils devront payer le produit volé sans avoir d’autres problèmes. Selon eux : "vous gagnez assez d’argent contrairement à nous". "Vous" ? Une petite précision est nécessaire : l’argent que je reçois des courses n’est pas à moi et je ne mets pas les billets dans mon sac à la fin de la journée. Si je recevais tout cet argent, vous croyez vraiment que je continuerais à bosser tous les week-ends ? Le problème est que si les clients volent, ça touche plus les caissières que le magasin (il faut l’avouer, le supermarché ne doit pas crouler sous les dettes). Je n’en ai rien à faire que les personnes volent mais je ne veux pas que me retombe dessus et que je sois virée. J’ai découvert que les clients pouvaient être très imaginatifs côté vols et certaines techniques sont plutôt surprenantes voire même insolites. Pour honorer les tops de meltyCampus, je vous dévoile quelques méthodes à ne surtout pas suivre si vous voulez voler.

1. L’homme grenouille

Depuis quelques mois, une nouvelle mode touche mon magasin. Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle application ou du Whisper français mais bien d’une nouvelle technique de vol. Je vous avais raconté qu’une cliente avait tenté de cacher un steak cru dans sa culotte et bien ce n’était que les prémisses d’une nouvelle mode : le maillot de bain pour femme. Non, je ne vous demande pas d’aller à la piscine ou à la plage mais bien d’y cacher un nombre inconsidérable de produits. Un long manteau permet simplement de bien s’enrouler pour que personne ne remarque les bosses étranges qui sortent de votre corps (dû aux produits). Comment on a découvert cela ? A moins d’être magicien, il est très étrange de rentrer dans une cabine d’essayage avec un petit chariot rempli de course et d’en ressortir sans panier ni courses. Et oui, les clients sont prêts à tout pour voler.

2. "Vous avez l’air fatigué non ?"

Quelle meilleure technique que d’essayer de distraire la caissière pour faire passer des produits sous la caisse. Petite anecdote : L’été dernier je commençais à 9 heures (heure d’ouverture du magasin), 1. J’étais l’une des rares caissières dans le magasin, 2. J’étais à la pire caisse au monde : la fameuse caisse prioritaire (je vous expliquerai dans un prochain épisode pourquoi) 3. J’étais fatiguée. Autrement dit, j’avais l’air défoncé car il paraît que le manque de sommeil et l’abus de drogues font le même effet. Un client passe à ma caisse et commence à me parler. "Vous allez bien ? Vous avez une petite mine, vous êtes fatiguée ?" . Naïve, je réponds que je le suis (c'était plutôt gentil de sa part de me demander comment j'allais). Il avait une vingtaine de baguettes dans son caddie que je décide de compter et je découvre une bouteille de vodka cachée entre les baguettes. Une bouteille qui ne coûte que 20 euros et comme par hasard, il l’avait oublié dans son caddie, derrière toutes ses baguettes. Il avance son fameux caddie et je remarque qu’il restait accroché des sacs bleus, c’est-à-dire du poisson, autrement dit un des produits les plus chers du magasin. Je lui fais la remarque et il me répond en souriant : "vous n’êtes pas aussi fatiguée que ça !". Eh bah non, apparemment.

3. La poupée russe
Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les vols

Quand les clients ne collent pas une autre étiquette sur les produits pour les payer moins chers, ils jouent aux poupées russes. Vous savez ces poupées à qui on arrache la tête pour découvrir à l'intérieur une autre poupée et ainsi de suite. Pour contourner la simple technique de cacher des produits dans les sacs, les clients préfèrent tout regrouper dans un grand sac et ils utilisent surtout cette technique pour le poisson. Quand tu te retrouves avec un énorme sac de moules et que tu découvres qu’il ne vaut que 0,87 euros, tu as quelques doutes. J’ai adoré voir la tête des clients quand ils ont vu que je vidais le fameux sac pour passer les autres étiquettes du poisson.

4. Les caddies
Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les vols

On pourrait croire que le caddie en fer est fait pour qu’aucun client ne puisse voler et pourtant de nombreux produits passent les portes antivol comme si de rien n’était car les caddies sont toujours remplis par les packs d’eau et de lait. Certains préparent même leurs sacs pour mieux ranger donc à moins de tout fouiller, tu peux facilement y cacher des produits. Une fois, un jeune caissier qui était en fin de formation n’a pas vérifié les sacs (en raison d’un nombre important de clients, on avait demandé à sa tutrice de faire autre chose). Les vigiles ont vu de loin un sac suspect et ont découvert que des sapins désodorisants de voiture y étaient cachés pour une valeur totale de 300 euros (ça fait beaucoup de sapins quand même). Pour se justifier face aux RH, le caissier a dit "vous ne pouvez pas me demander de tout vérifier". Désolé mais c’est une des tâches de ton job. Peut-être doit-il penser que Tinder et la recherche d’emploi sont la même chose.

5. Les enfants

Il y en a qui ne font pas exprès de passer avec des paquets de chewing-gum ou autres chips et si tu ne fais pas une remarque, tu es sûr que les parents ne vont pas s’embêter à te dire que leurs enfants ont des produits dans les mains. Quand certains viennent en famille, il est déjà compliqué de devoir vérifier le caddie alors surveiller en plus les enfants qui passent nécessite de supers pouvoirs. Ce n’est pas aussi évident d’être caissière et découvrez ce que cache mon métier dans le Journal d’une hôtesse de caisse.