Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les badges

Ecrit par

Une fois étudiante, tu te dis qu'il serait bien de gagner un peu d'argent pour enfin quitter le foyer familial et être indépendante ! Mais tu ne trouves pas tout de suite le métier de tes rêves. Moi, je suis hôtesse de caisse (oui, caissière) et c'est toute une aventure !

#5 : Les badges

Non, je ne vous parle pas de ces badges qui nous permettent de circuler dans le magasin en toute légalité qu'il soit ouvert ou fermé. Ce même badge qui permet d'accéder aux bureaux, à la salle de repos mais surtout au vestiaire où tu ranges toutes tes affaires. Aujourd'hui, je vous parle de ce badge que redoute chaque caissière (ou presque) que l'on porte sur sa veste et où il y a inscrit "Emilie, hôtesse de caisse. A votre service". Comment vous expliquer ma réaction quand j'ai vu samedi dernier, ce joli petit badge bleu confortablement installé dans mon caisson (nom de la boîte noire où tu ranges l'argent et qui t'est personnellement attribuée) entre ma réserve de monnaie. Aucun message ne nous a informé que l'on devait le porter mais en jetant un seul coup d’œil autour de moi, je vois que les caissières le portent fièrement sur leur veste (ou pas). Oui, je voudrais moi aussi ressembler à cet acteur de Vampire Diaries qui à la classe même en portant des "badges". Peut être en portait-il quand il était plus jeune ? Jetons un coup d’œil à aux photos de classe de Ian Somerhalder.

Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les badges
Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les badges

Pour bien vous expliquer ma réaction et celle de mes collègues, il faut revenir un mois plus tôt. La nouvelle a sonné comme un glas dans la salle de repos pendant la pause midi, les badges sont de retours. Les premiers à en porter ont été les salariés à la téléphonie, puis est venu le tour des personnes qui travaillent en rayons (celles qui installent les produits dans le magasin). La nouvelle ne fait pas l'unanimité ; "les clients vont maintenant connaître nos noms". Super pratique pour ceux qui nous menacent et veulent nous attendre à la fin de notre travail ! Tout le monde est d'accord, on ne voit pas l'intérêt d'avoir des badges. C'est pour qu'on se sente plus proche des clients et qu'ils n'aient pas peur de nous poser des questions ? On n'en a rien à faire de cette "proximité", plus les clients restent loin de nous, mieux on se porte. Pour le coup, ils font partie des pires personnes que tu ne veux pas croiser en soirée.

Journal d'une hôtesse de caisse étudiante : Les badges

La semaine dernière, en posant mon caisson au coffre pour ma pause déjeuner avec un collègue, on découvre un sac de congélation. Pas n'importe lequel, mais un sac transparent qui traîne par hasard sur le bureau de nos chefs. Ce sac est rempli de ces mêmes petits badges bleus avec nos noms. On le craignait et le redoutait : c'est à notre tour d'être contaminé ! Vous pensez peut être que j'exagère mais rappelez-vous de l'épisode 3 du journal d'une hôtesse de caisse : les clients. Commère comme je suis, je n'ai pas pu garder ce secret que pour moi et je répands la nouvelle en salle de repos. Commence alors un débat agité entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Olivia dit tout de suite : "moi ça ne me dérange pas, j'aime bien quand les clients me tutoient". Meuf, t'es sérieuse ? Tu aimes bien quand on te tutoie. Il est où le respect et ça leur coûte quoi de te vouvoyer ? Je ne suis pas leur pote, un peu de respect ! D'accord, quand je vois des clients avec un accent et qu'ils me tutoient, ça ne me gêne pas mais quand le client te dit "sac" tu n'as qu'une envie c'est de le lui faire manger. A la limite (mais vraiment à la limite), je t'accorde de ne pas être poli mais forme au moins une phrase. C‘est simple, il suffit de prendre un sujet, un verbe et un COD !

Comme je suis très disciplinée et que je ne veux pas m'attirer la foudre de mes superviseurs, je porte ce badge. Après tout, on ne le voit pas autant que ça. Je vois les clients le regarder en cachette mais pour le moment, je n'ai eu aucun soucis avec ça. Pas de blague du type : "je m’appelle Emilie Jolie" [chanson]. On verra par la suite comment ça se passe. Les "Justine" ou "Cassandra" redoutent assez ce moment où le client sera d’humeur coquine. D'autres de mes collègues ont opté pour une autre solution : échanger leur badge avec un autre collègue. Quand il s'agit de deux filles, ça passe inaperçu mais entre caissier et caissière, là il y a un problème. J'attends avec impatience la réaction de LA superviseur. Promis je vous raconterai tout !