Jihad : "J'en ai besoin", cet étudiant raconte

Ecrit par

Un adolescent belge revient sur son expérience de Jihad et sur son voyage d’un mois en Syrie et au sein de l’Etat islamique. meltyCampus raconte.

Ils sont de plus en plus de jeunes à rejoindre le mouvement des jihads : mais qui sont ces jeunes qui s'enrôlent ? D'ailleurs, au Japon, des étudiant ont été arrêtés pour vouloir combattre en Syrie. Récemment un adolescent belge s'est rendu dans l'Etat islamique. "En Belgique, je devenais dépressif. J'ai besoin du califat, j'ai besoin du jihad." Ce sont les mots d’Adbelmalek Boutallis. "Qu'y a-t-il en Belgique ? Il n'y a que de la corruption", explique-t-il dans un courrier adressé au magazine de l'université belge de Gand. L’année passée, le père d’Adbelmalek est allé jusqu’en Syrie pour convaincre son fils de revenir en Belgique. C’était peine perdue. Sur le site 7sur7.be, le jeune homme déclare "La Belgique est un gouvernement bâti sur des désirs et des convoitises. Ici, le gouvernement c'est le Coran et la Sunna, la loi islamique. Tout ce qui est mauvais, nous le jetons à la poubelle. L'Etat Islamique est un état de justice. C'est pour cette raison que nous sommes venus ici."

Jihad : "J'en ai besoin", cet étudiant raconte

Le jeune homme avait un comportement extrême depuis des années. Au lycée, il refusait de serrer la main des filles et avait une opinion bien tranchée sur ses camarades. "Je n'avais pas grand-chose à apprendre des mécréants et même les musulmans de ma classe trouvaient que j'étais bizarre. Ils pensaient que je prenais ma religion trop au sérieux, alors que j'essayais simplement de la respecter." Il n’y a pas que son comportement qui inquiète le père du jeune homme, il est aussi soucieux de son état de santé. Abdelmalek étant diabétique, il doit recevoir quotidiennement sa dose d’insuline. Là encore, l’adolescent défend l’Etat Islamique : "Nous, les combattants d'Allah, nous recevons des médicaments gratuits de la part de l'EI", affirme le jihadiste. "Il y a certains quartiers où je dois payer, mais mon leader m'avance alors l'argent." Affaire à suivre…

Source : http://www.7sur7.be/